Mettre Zares hors d'état de nuire sans violence

Les questions en suspens, vos attentes, vos délires et tout ce qui concerne la quatrième (et dernière ?!) saison des Mystérieuses Cités d'Or, diffusée sur France Télévisions en 2020.
Avatar de l’utilisateur
TEEGER59
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 2183
Inscription : 02 mai 2016, 14:53
Localisation : Valenciennes
Genre :
Âge : 41
Contact :
Statut : Hors-ligne

Re: Mettre Zares hors d'état de nuire sans violence

Message par TEEGER59 » 29 avr. 2017, 19:02

Pourtant, je l'ai mentionné dans ma fic. Souvenez-vous... (Pour ceux qui l'ont lu...)
Ils franchirent les portes en bronze du cabinet des curiosités de l'alchimiste Français alors que les cloches de la ville sonnaient neuf heures. Chaque battant était décoré des faisceaux, symboles de la Rome Antique: une brassée de baguettes liées autour d'une hache, qui signifiaient la puissance inébranlable de l'État.
Isabella portait une étoffe qui enveloppait sa chevelure, tandis que Mendoza remonta le col de sa cape.
-Je pense que tu aurais dû rester avec les enfants, dit-il alors qu'ils traversaient le hall monumental. C'est trop dangereux pour toi.
-Je n'avais rien à faire, répliqua-t-elle. Et puis, je ne suis pas du genre à me morfondre dans une chambre. Je suis embarquée avec toi parce que je veux retrouver cette pierre. D'ailleurs, qu'est-ce qu'il pourrait nous faire dans un tel lieu?
Mendoza ne répondit pas. Ils passaient devant une reproduction de la chaise de Judas. Cinq cents à mille cinq cents pointes composaient cet engin de torture. Il suffisait de demander à la victime de s'asseoir là, de l'attacher et d'attendre gentiment qu'elle se vide de son sang.
-Un peu sanguinolent, tu ne trouves pas?, dit Isabella.
Ils bifurquèrent dans un long couloir. Leurs pas résonnaient sur le dallage de marbre. Enfin ils arrivèrent devant une imposante porte en chêne portant une plaque de cuivre gravée: Ambroise De Sarles.
-Il n'est peut-être même pas là, dit Laguerra.
-Il est à l'intérieur. Je le sens.
-Et alors? Nous frappons poliment?
Mendoza allait soulever le heurtoir quand la porte s'ouvrit vers l'intérieur. Un homme aux cheveux blancs, leur sourit.
-Helvétius?
-En effet, señorita Laguerra. Señor Mendoza. Entrez, je vous en prie. Le maître vous attendait.
-Nom de...., grommela le capitaine.
-Entrez, répéta-t-il. Il sera à vous dans un instant. Aimeriez-vous boire quelque chose? Un café, peut-être? Ou un thé?
Ils pénétrèrent dans l'antichambre. Le secrétaire leur indiqua un canapé, puis apporta thé et café sur un plateau en argent. Il les servit.
-Votre séjour à Rome se passe agréablement, j'espère?
-Très, répondit Mendoza avec un sourire.
Isabella lui décocha un coup de coude dans les côtes.
-Aie! Désolé, souffla-t-il.
-N'oublie pas qu'Ambrosius a tenté de nous tuer, dit-elle. Pour ce que nous en savons, ces tasses sont peut-être parfumées à la ciguë.
-Oh non, vous n'avez rien à craindre, affirma Helvétius. Un bureau est comme un sanctuaire. Le maître dit qu'on ne devrait jamais souiller son propre nid avec du sang coupable. Il y a un temps et un lieu pour se conduire comme des bêtes, un temps et un lieu pour agir comme des hommes, non? Vous devriez vous en souvenir señorita?
-Votre maître est très intelligent. Fou, mais intelligent, fit le marin.
Le secrétaire se servit un café et ajouta du sucre dans sa tasse.
-Peut-être, dit-il. Mais mon fils a été enfermé dans une prison pour hérésie à l'âge de seize ans. Il l'a fait sortir. C'est lui qui l'a sauvé. Et pour cela, je lui serai éternellement reconnaissant.
-Il assassine des gens, dit Mendoza.
Helvétius haussa les épaules.
-Ce n'est qu'un mot, répondit-il. Tuer pour le plaisir est un meurtre. Tuer pour ses convictions et son pays est un acte d'héroïsme.
-Vous ne craignez pas la Garde suisse?, s'étonna Mendoza.
-Le maître est l'autorité, dit l'alchimiste avec un sourire digne de Mona Lisa. Il va vous recevoir à présent. Mais avant cela, vos armes, je vous prie.
Avec un soupir résigné, ils déposèrent leurs lames.
-Votre fouet, señorita. Je sais de quoi vous êtes capable si je vous le laisse.
Elle obtempéra. Helvétius poussa une double porte à larges battants. Quand Isabella et Mendoza furent entrés, il les referma derrière eux. Ils entendirent le déclic de la clé dans la serrure. Ils se trouvaient à présent dans une magnifique pièce d'angle où tout, du tapis de sol aux livres alignés sur les rayonnages, en passant par les parures d'épées accrochées aux murs, était d'époque.
Ambrosius était assis sur une caquetoire, derrière un plan de travail. Il leur tournait le dos et contemplait la ville par la fenêtre. Le soleil matinal faisait luire son crâne presque chauve.
Les ex-amants s'avancèrent et s'arrêtèrent devant la grande table, sans trop savoir que faire. Le capitaine prit une épée dans un panier haut, à côté du meuble, et passa le pouce sur son tranchant.
-Une pièce authentique, déclara Ambrosius sans se retourner. Faite à Tolède, il y a peu. Très meurtrière. Envisages-tu de me la plonger dans le cœur?
Mendoza frotta une goutte de sang entre son pouce et son index.
-Je le ferais volontiers si je pensais que tu en avais un.
Avec un rire feutré, l'alchimiste se leva et pivota vers eux.
-Ton sens de la repartie m'a manqué, Mendoza, dit-il. Tiens, pendant que j'y pense! Très malin de la part de vous deux, ce choix de me suivre en vous glissant à bord de la nef. Je n'ai rien soupçonné jusqu'à ce que nous découvrions l'homme que vous avez assommé, bien sûr.
-Il va bien, au fait?, demanda le marin en remettant la lame en place.
-Hélas, je crains que non, dit l'alchimiste. Après qu'il a été sorti de l'eau, je me suis vu contraint de le faire abattre pour sa bêtise.
Mendoza ferma les yeux un instant, et sa mâchoire se crispa.
-Tu n'as pas de sièges pour tes invités?
-Non. Je préfère qu'ils restent debout. La psychologie du pouvoir, tu comprends.
-Bien sûr.
-Où est la pierre?
-Pas entre ces quatres murs. Trop dangereuse pour moi.
-Où est-elle?
-Patience, patience... Chaque chose en son temps, Laguerra. Ayez donc l'amabilité d'ôter cette écharpe.
-Non, répliqua la jeune femme. Pourquoi ne déverrouillez-vous pas la porte?
-Allons, Laguerra! Vous ne pouvez pas espérer que je vais vous laisser sortir d'ici, juste comme ça, plaida Ambrosius avec calme. Non, la porte demeura fermée jusqu'à ce que nous ayons discuté et que nous soyons arrivés à une forme de... résolution de notre petit problème. Helvétius ne vous a donc pas exposé les règles en vigueur ici?
-Il a seulement dit que vous ne chercheriez pas à nous faire de mal.
-Oh non, bien sûr... pas ici.
Le Français contourna son plan de travail.
-Je savais que vous viendrez, dit-il. Mais je suis heureux que vous soyez là. À maintes reprises, tu as démontré que tu étais un adversaire valable Mendoza, et même que tu représentes un défi à relever comme je n'en avais encore jamais rencontré. Il serait dommage de gaspiller une telle ingéniosité. Puisque tu es assuré de perdre, pourquoi ne pas admettre la défaite maintenant et me rejoindre?
-Tu as trop lu Machiavel, Ambrosius.
-Ah, mais le maître avait raison. Il faut toujours offrir à ses adversaires les plus valeureux la possibilité de rejoindre son camp. Et s'ils refusent, alors il faut les écraser.
L'alchimiste repensa à la prophétie du livre de la vie. Il resta campé face à Laguerra un moment, puis il leva une main gantée de noir vers son visage. Mendoza lui saisit le poignet.
-Ne la touche pas, dit-il sans desserrer les dents.
-Je constate qu'elle a encore de l'importance pour toi. Éprouves-tu toujours de tendres sentiments pour elle, Mendoza?
-Non.
L'Espagnol relâcha son poignet.
-Quel piètre menteur tu fais! Ah, tu ne dois surtout pas oublier la malédiction, dit le français sur un ton moqueur. Tu as été vraiment aimable de toucher à mains nues la pierre et de la sortir du polyèdre pour moi. Ainsi, tu as pris sur toi tous ces siècles de malheur, pour mon plus grand bénéfice. Étonnant comment tout s'est passé, tu ne trouves pas?
-Tu ne m'as pas vraiment laissé le choix en menaçant les enfants. Je vois que tu crois toujours aux contes de fées, hein?
Le marin ne croyait pas si bien dire! Désormais, l'alchimiste craignait pour sa vie. Mais il ne laissa rien paraître.
-Allons Mendoza, dit-il. Des contes de fées, vraiment? Cette pauvre Laguerra n'a jamais été en danger avec moi, du moins jusqu'à ce que tu apparaisses et que tu joues à l'aventurier. Combien de fois as-tu réussi à la sauver, jusqu'à maintenant? Combien de temps penses-tu pouvoir continuer sur le même rythme? Dès que je vous laisserez passer cette porte, je vous traquerai sans répit. Tous les deux, vous ne cesserez jamais de regarder derrière vous, et vous vous méfierez toujours du moindre bruit dans la nuit, jusqu'au moment inévitable, quand votre attention baissera et que vous commetrez une petite, une toute petite erreur.
-Arrêtez!, dit Isabella.
Ambrosius éclata encore d'un rire feutré.
-Avant d'arriver à Cynopolis, lui as-tu fait l'amour?, demanda-t-il.
-Ça ne te regarde pas!
-Certes! J'espère seulement que tu as su en profiter car désormais, tu ne peux plus la toucher! Cela reviendrait à sceller son destin, tu en es conscient, n'est-ce pas? Dorénavant, consommer votre passion serait comme courtiser un désastre certain. Combien de temps résisteras-tu encore? Tôt ou tard, tu baisseras la garde, Mendoza. Peut-être cette nuit, sous l'influence de cette magnifique pleine lune. Tu te trouveras des rationalisations très appropriées concernant les mythes et les superstitions, et c'est alors que tu perdras celle que tu aimes le plus au monde.
-Va au diable!, lâcha Mendoza.
-Bien sûr, j'irai, répondit Ambrosius. Mais pas avant très, très longtemps. Quoi qu'il en soit, je vais reformuler cette proposition que Tao a malheureusement déclinée. Si tu me rejoins, tu pourras éteindre tout amour dans ton cœur. L'amour est une émotion humaine tellement pitoyable! Il nous encourage à la faiblesse, aux sacrifices, à placer le bien-être d'autrui avant le nôtre. C'est totalement contraire aux lois de la survie. Épouse le parti de l'ordre du sablier, Mendoza. Ainsi tu pourras te rassasier d'elle et ensuite ne jamais regarder en arrière. Laguerra m'a trahi, maintenant que j'ai eu la pierre en ma possession, cette femme ne m'est plus d'aucune utilité.
-Comment ça, "j'ai eu"?, fit Laguerra.
-Tu es malade, dit le marin. Littéralement fou. Je suis navré pour toi, Ambrosius, parce que je sais que tu as été capable d'éprouver de l'amour dans le passé. Tu t'es occupé d'Isabella. Tu ne comprends donc pas que tu es malade, que c'est cette blessure à la tête quand tu as volé la matrice d'ori...
-Il suffit!, l'interrompit l'alchimiste avec une grimace de douleur.

Il porta un main à son front. Il inspira profondément et sourit.
-Il est amplement prouvé que la manifestation du génie est souvent précédée par un traumatisme violent. Ta réponse, maintenant!
-Bien sûr que non! Il est hors de question que je te rejoigne!
-Comme c'est dommage! Il ne me reste plus qu'à vous dire adieu...
Mendoza prit Isabella par le bras et l'entraîna vers la double porte.
-Mais nous ne savons pas où est la pierre!, protesta-t-elle.
-Et tu crois qu'il va nous le dire! Ambrosius, dis à ton subordonné de déverrouiller la porte.
L'alchimiste paraissait sortir de sa rêverie.
-Je vais vous libérer, déclara-t-il d'un ton incertain. Mais dès que vous aurez franchi cette pièce, tout recommencera. Une dernière chose, afin que vous ne repartiez pas les mains vides. Je sais à quel point la moindre parcelle d'espoir peut soutenir les plus désespérés, aussi je vous l'offre, non pas par compassion mais afin de prolonger votre agonie: la pierre se trouve sous le soleil vert. Mais faites attention de ne pas vous faire mordre par ses crocs.
L'alchimiste hurla à travers la porte.
-Helvétius, ouvrez-leur.
:Laguerra: : AH! Comme on se retrouve!
:Mendoza: : Ma première leçon ne t'a pas SUFFIT?
:Laguerra: : Cette fois, tu ne t'en sortiras pas si FACILEMENT!

EstebanFilsDuSoleil
Jeune Pichu
Jeune Pichu
Messages : 5
Inscription : 29 déc. 2018, 20:25
Statut : Hors-ligne

Re: Mettre Zares hors d'état de nuire sans violence

Message par EstebanFilsDuSoleil » 29 déc. 2018, 20:29

Chaltimbanque a écrit :
29 avr. 2017, 11:38
Je ressors ce sujet car je viens de penser à un truc: je me demande si la clé de la "destruction" (littérale ou métaphorique, peu importe) de Zarès ne résiderait pas dans le fait qu'il ait avalé de l'orichalque dans l'épisode 25 de la saison 2.
Je me demande quand même si ce n'est pas trop longtemps qu'il a avalé l'orichalque et qu'il soit déjà détruit par l'organisme... Je me demande si l'exosquelette de Zarès ne peux pas brûler puisqu'elle est en bois... Elle peut donc être détruite dans la nef qui a été brûlé par le Radjah de Pattalla alors qu'Ambrosius voulait récupérer ses potions dans le sous sol...

Avatar de l’utilisateur
Amaya
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 458
Inscription : 26 janv. 2019, 19:34
Localisation : Empire d'Akkad, avec Athanaos
Genre :
Âge : 20
Contact :
Statut : Hors-ligne

Re: Mettre Zares hors d'état de nuire sans violence

Message par Amaya » 27 janv. 2019, 01:51

Et si la clé de sa chute était Athanaos ? Après tout, ils ont fondés l'ordre ensemble. Je pense que ces deux personnages ont encore pleins de choses à nous dévoiler et à se dévoiler.
:Mendoza: <-> :Esteban: : Un homme peut affronter les épreuves les plus dangereuses. Il suffit qu'il soit convaincu qu'il peut les surmonter.

ATHANAOS

S1 : 19/20 :Pretre: 💀
S2 : 14/20 :Athanaos: 👀
S3 : 16/20 :Athanaos: 💖
S4 : à venir

Jonas
Jeune Pichu
Jeune Pichu
Messages : 3
Inscription : 24 mars 2019, 19:13
Statut : Hors-ligne

Re: Mettre Zares hors d'état de nuire sans violence

Message par Jonas » 24 mars 2019, 19:17

Mendossa pourrait lancer son épée entre deux rouages de l'exoscelète de Zarèse

Avatar de l’utilisateur
Amaya
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 458
Inscription : 26 janv. 2019, 19:34
Localisation : Empire d'Akkad, avec Athanaos
Genre :
Âge : 20
Contact :
Statut : Hors-ligne

Re: Mettre Zares hors d'état de nuire sans violence

Message par Amaya » 24 mars 2019, 20:23

Effectivement, briser sa mécanique c'est une possibilité mais il faudrait être deux.. un qui l'occupe et l'autre qui le "plante"
:Mendoza: <-> :Esteban: : Un homme peut affronter les épreuves les plus dangereuses. Il suffit qu'il soit convaincu qu'il peut les surmonter.

ATHANAOS

S1 : 19/20 :Pretre: 💀
S2 : 14/20 :Athanaos: 👀
S3 : 16/20 :Athanaos: 💖
S4 : à venir

Avatar de l’utilisateur
Xia
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 1299
Inscription : 03 déc. 2016, 14:53
Localisation : Quelque part dans l"Univers avec Athanaos et Mendoza
Genre :
Âge : 26
Statut : Hors-ligne

Re: Mettre Zares hors d'état de nuire sans violence

Message par Xia » 25 mars 2019, 14:29

Exact. Mais s'ils ne neutralisent pas Ambrosius pour de bon, il est capable d'en refaire un ! Ou deux (quand il aura compris qu'il faut une roue de secours :x-): )
Comme l'Hydre de Lerne… Une tête de coupée, deux qui repoussent :shock:
La terre n’appartient pas à l’homme, c’est l’homme qui appartient à la terre (proverbe amérindien)

Ma fanfic sur la préquelle des Mystérieuses Cités d'or, c'est par ici

MCO 1 : 20/20
MCO 2 : 14/20
MCO 3 : 15/20
MCO 4 : … /20

Avatar de l’utilisateur
Amaya
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 458
Inscription : 26 janv. 2019, 19:34
Localisation : Empire d'Akkad, avec Athanaos
Genre :
Âge : 20
Contact :
Statut : Hors-ligne

Re: Mettre Zares hors d'état de nuire sans violence

Message par Amaya » 26 mars 2019, 21:01

Un vrai monstre Ambroise
:Mendoza: <-> :Esteban: : Un homme peut affronter les épreuves les plus dangereuses. Il suffit qu'il soit convaincu qu'il peut les surmonter.

ATHANAOS

S1 : 19/20 :Pretre: 💀
S2 : 14/20 :Athanaos: 👀
S3 : 16/20 :Athanaos: 💖
S4 : à venir

Avatar de l’utilisateur
aauurreelliiee
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 319
Inscription : 18 sept. 2014, 16:36
Localisation : Balade entre terre et mer, à bord de l'Esperanza
Genre :
Âge : 23
Statut : Hors-ligne

Re: Mettre Zares hors d'état de nuire sans violence

Message par aauurreelliiee » 21 avr. 2019, 18:41

Plus simple je pense. Ambrosius a avalé de l'orichalque. C'est un peu dégueu mais si il passe dans un truc qui vibre (comme la fabrique de grand condor de la saison 2), l'orichalque qu'il a avalé va se solidifier et peut être que lui va exploser...
Pour devenir vraiment grand, vois-tu mon enfant, un fils doit dépasser son père ...

Avatar de l’utilisateur
Aurélien
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 419
Inscription : 06 mai 2017, 22:38
Localisation : Strasbourg
Genre :
Âge : 19
Statut : Hors-ligne

Re: Mettre Zares hors d'état de nuire sans violence

Message par Aurélien » 21 avr. 2019, 19:04

Bonne idée voila peut être un bon moyens d'éxécution
Les Mystérieuses Cités d'or

Die geheimnisvollen Städte des Goldes

The mysterious cities of gold

Las misteriosas ciudades de oro

As cidades misteriosas de ouro

Avatar de l’utilisateur
aauurreelliiee
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 319
Inscription : 18 sept. 2014, 16:36
Localisation : Balade entre terre et mer, à bord de l'Esperanza
Genre :
Âge : 23
Statut : Hors-ligne

Re: Mettre Zares hors d'état de nuire sans violence

Message par aauurreelliiee » 22 avr. 2019, 18:02

Le double médaillon, pourra t-il être assez gros pour être perceptible par la boussole d'orichalque ?
Esteban propose à la joyeuse clic de les suivre et c'est eux qui ont la boussole à présent…
A part le double médaillon et les pièces, zares n'a pas d'orichalque dans la nef...
J'aimerais que cela soit son seul intérêt...
Pour devenir vraiment grand, vois-tu mon enfant, un fils doit dépasser son père ...

Répondre