[FANFIC] - Sur les traces du secret des anciens

C'est ici que les artistes (en herbe ou confirmés) peuvent présenter leurs compositions personnelles : images, musiques, figurines, etc.
Avatar de l’utilisateur
Le Flamand
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 154
Inscription : 23 févr. 2017, 01:11
Localisation : En Flandre. Niché à Lille (Rijsel) ou perché au Mont des Cats (Katsberg)
Âge : 22
Contact :

[FANFIC] - Sur les traces du secret des anciens

Message par Le Flamand »

Bonjour à tous,
Comme je l'avais indiqué préalablement sur mon ancienne fanfic désormais laissée à votre imagination, je la quitte pour en débuter une nouvelle. C'est celle-ci que j'ouvre aujourd'hui, en espérant qu'elle vous plaira.

Avertissement :
L’auteur informe son sympathique public adoré (et ses potentiels détracteurs à qui il demande de formuler des critiques constructives, toujours dans la bienveillance qui fait la convivialité de ce forum qu'il aime parcourir) que sa fanfiction continuera à disséminer la logique aux quatre vents et qu’il en invite donc les puristes à ne pas chercher la petite bête ou à se prendre la tête. Les contenus ici rédigés reprendront quelques allusions aux quatre saisons et feront l’impasse sur certains détails qu’il juge incohérents ou inutiles au déroulé passé et/ou futur de l’histoire. Par là même, votre humble serviteur vous annonce que des détails qui se rapprocheraient d’autres écrits postés sur le forum ou ailleurs n’y sont aucunement placés dans une volonté de plagiat (parce qu’il a à peine le temps de s’atteler à son œuvre, il n’en a presque pas pour se régaler en lisant les textes publiés par d’autres camarades). Maintenant que les choses sont mises au clair, l’homme va pouvoir retourner écrire ses mémoires. Il ne vous laisse toutefois pas sans débuter son récit dont voici bientôt le commencement.

Sommaire (remis à jour progressivement lors de l’avancement de l’histoire) :
- Chapitre I : Le secret des anciens (publication prévue le dimanche 3 janvier 2021 sur ce topic, bien évidemment)
- Chapitre II : L’Ordre du condor (publication prévue ultérieurement)
Les noms des prochains chapitres seront divulgués sur ce même post, peu avant leur publication.

En marge du premier avertissement, l'écrivain vous indique également qu'il ne prendra aucun rythme de publication. Il tâchera néanmoins de publier des chapitres sans laisser un an d'intervalle entre deux textes.

Maintenant que tout est clair, voici "la bande-annonce" de l'histoire qui, je l'espère, vous fera toujours voyager dans le réel et l'irréel.
Le seizième siècle. Pensant démarrer une nouvelle vie, Esteban et Zia apprennent que leur tâche ne fait que débuter. La recherche des six cités d'or et la construction de la septième n'étaient qu'un avant-goût de ce qui les attendait en réalité. Désormais en quête du secret des anciens, nos héros (et quelques invités surprises) vont devoir s'unir pour sauver ce qui peut encore l'être.

Voilà voilà. Je vous souhaite maintenant une bonne journée et une très bonne année 2021. Je vous retrouve dès demain (c'est promis !) pour le premier chapitre de ce récit. ;)

PS : Si quelques uns des talentueux illustrateurs ou quelques unes des talentueuses illustratrices (pas de sexisme ici !) souhaitent mettre un visuel sur certains passages du texte prochainement présenté, je ne les empêcherai pas de le faire. C'est toujours plaisant de voir les fanfics (peu importe lesquelles) "prendre vie" (vous ne verrez pas ici de dessins ou de reproductions signées par ma main ... mon niveau vous est bien inférieur et je n'ai pas le temps de m'y attarder). ^^
MCO1 : 17,5/20
MCO2 : 13/20
MCO3 : 13/20
MCO4 : 14/20
Avatar de l’utilisateur
Le Flamand
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 154
Inscription : 23 févr. 2017, 01:11
Localisation : En Flandre. Niché à Lille (Rijsel) ou perché au Mont des Cats (Katsberg)
Âge : 22
Contact :

Re: [FANFIC] - Sur les traces du secret des anciens

Message par Le Flamand »

Bonjour à toutes et tous, voici le début de cette fanfic. Je vous laisse avec la première partie du chapitre I. ;)
J'espère qu'il vous plaira.

Précédemment …
Le seizième siècle, Esteban, Tao, Zia et leurs compagnons de route ont parcouru le Monde à la recherche des savoirs enfermés il y a bien longtemps dans six cités d’Orichalque et bâti une septième édification pour sauver l’Humanité d’un grand cataclysme. Désormais répartis en divers endroits du globe, nos amis vont devoir se rassembler pour faire face aux nouvelles menaces qui pèsent sur la planète.

Chapitre I – Le secret des anciens, partie 1
Au Tibet, dans le massif de l’Himalaya. Seizième siècle.

Devant le temple d’un village très reculé niché au fond d’une vallée, discutent deux individus qui ne se connaissent que très peu. Paré de sa cape et de son couvre-chef, Tian Li salue fraternellement celui qui avait accueilli les enfants et Ambrosius presque un an auparavant. Après avoir passé une très longue période à voyager à travers les contrées d’Asie, le pèlerin s’était réorienté vers la bourgade qui jouxtait les lieux où le traitre l’avait neutralisé. Il en était certain, c’est ici même qu’il recroiserait la route de ses amis.
- La prophétie énonce ceci : « Lorsque surgiront les ténèbres, la montagne s’éclairera et les élus en redescendront »
- Tu m’as l’air bien inquiet, voyageur. Qu’est-ce qui te fais tant horreur ?
- Lors de notre dernière rencontre, les enfants et les espagnols étaient escortés par un alchimiste. Vous vous en souvenez ?
- Oui. Je n’aimais pas cet homme-là. Il n’avait pas l’air honnête.
- Il ne l’était pas. Il n’était autre que le traitre qui était mentionné dans la première prophétie. Je l’ai démasqué, mais il a réussi à m’écarter de leur chemin.
- Mais tout cela est du passé, étranger. Qu’indique donc ta nouvelle prédiction ?
- Je dois attendre ici le retour des deux cœurs purs. Pensez-vous pouvoir m’offrir logis et pitance ? En échange, je travaillerais dur.
- Pèlerin. Tu dois te concentrer sur ta mission. Je ne te demande rien en échange. Attends donc le temps qu’il faudra.
Le moine Shaolin adressa un geste de reconnaissance pour son interlocuteur, avant de le suivre à travers les ruelles du plateau. Il s’arrêta devant une bâtisse et le fit entrer.
- Considère que tu es ici chez toi. Les amis de mes amis sont mes amis, indiqua-t-il en lui servant une ration de nourriture. Tu dois avoir faim. Mange donc. Tu me raconteras ton voyage et les détails de ta prophétie à l’issue de ce repas.

Au sommet du Mont Everest, une lueur se mit soudainement à trancher avec l’obscurité qui règne presque perpétuellement dans ces terres inhospitalières. Alors que le massif tout entier se mit à briller de mille feux, un vacarme assourdissant recouvra presque celui que produisait la survenue d’une énième tempête de neige. À l’origine de ces phénomènes anormaux se trouvait être l’ouverture, ou plutôt la réouverture d’une cité d’orichalque. Plus bas, pris de stupéfaction, les villageois se mirent à paniquer.
- Les esprits de la montagne sont en colère !
À la vue de ce spectacle, Tian Li s’écarquilla les yeux. « Ils ne tarderont plus », pensa-t-il avant de s’adresser à la peuplade.
- Vous ne courrez aucun danger. Rassurez-vous. Il ne s’agit que du retour des deux élus, ceux qui ont parcouru le Monde à la recherche des cités célestes qui renferment le secret des anciens. Vous pouvez vaquer en paix.
Derrière lui, son hôte était stupéfait.
- Tu me semble être bien savant, mon cher Tian Li. Qu’est-ce donc que ces cités célestes et ce secret des anciens auquel tu t’intéresses tant ?
- Cela, malheureusement, je ne le sais pas. Si les écrits prophétisent, ils ne le font que partiellement. Ce savoir est contenu dans les différentes cités auxquelles seuls les élus ont accès.

Au cœur de la cité de Badalum, Esteban et Zia parurent dans l’un des temples où se trouve une porte d’énergie et s’élancèrent sans même prendre le temps de contempler l’endroit qu’ils avaient vu disparaître lors de la trahison du scientifique fou. Le jeune couple se hâta et prit la direction de la fabrique dans laquelle ils virent se construire des oiseaux d’or avant que la somptueuse ville ne se referme subitement.
- Tu crois qu’il s’y trouve encore ? demanda l’inca à son ami.
- Tu penses ! Il ne laissera jamais Indali seule ! Tao est très distrait, mais il reste un grand sentimental, sourit-il en activant l’usinage d’un appareil volant.
Il ne fallut attendre que quelques secondes avant de voir l’ensemble de la technologie se mettre en branle. Sous leurs yeux toujours ébahis se façonnèrent de multiples pièces d’orichalque qui vinrent ensuite s’assembler pour ressembler de plus en plus à un condor.

Lorsque celui-ci fut opérationnel, Zia se précipita vers la grande bibliothèque qui comprenait les parchemins que les sages de Mû et d’Atlantide venaient de leur indiquer, puis en revint les bras chargés. Esteban activa les fonctions mécaniques de leur nouveau moyen de transport et aida sa chère et tendre à hisser les tubes jusque dans la cabine de pilotage qu’il verrouilla bien vite. Il dériva finalement son regard sur celle qu’il aimait.
- Prête, Zia ?
Pour seule réponse, elle se rapprocha et lui adressa une bise sur la joue, ce qui le fit rougir, mais ne l’empêcha pas de prendre les commandes et de faire s’envoler l’engin tandis que la cité disparaissait à nouveau dans un brouillard tenace. Désormais haut dans le ciel redevenu bleu, la masse dorée prit la direction du sud, avant de dévier de sa trajectoire.
- Que fais-tu ? L’Inde ne se situe pas au nord, mais au sud.
- Il nous faut nous ravitailler en vivres. Nous allons d’abord au village, répondit le jeune homme.
Averti de l’arrivée imminente d’un oiseau tout en or, le vieil homme interrompit le moine dans sa méditation.
- Je pense que nos amis vont bientôt parvenir. Nous devrions nous atteler à la préparation d’un repas en leur honneur. Veux-tu bien te joindre à nous ?
Tian Li sortit de son mutisme et se mêla à l’assemblée qui, comme un seul homme, s’affairait autour de grandes tablées sur lesquelles étaient posées marmites et récipients prêts à être employés.

Lorsqu’ils atterrirent enfin aux proches abords des bâtiments, les deux élus se mirent en quête du temple qui constituait le centre du village. Ils y retrouvèrent vite …
- Tian Li ! Quelle surprise ! s’exclama Esteban. Toujours accompagné par …
Derrière leur ami apparut aussitôt le chien qui était auparavant affecté à la garde du lieu.
- Long Sho ! renchérit Zia, avant de caresser le chien.
Malgré l’excitation des retrouvailles, l’homme s’en distancia vite. Il prit un air très grave, puis une longue respiration.
- Je dois vous parler sans plus attendre. C’est grave.
Anticipant toute protestation de ses deux amis, le moine Shaolin les entraina en retrait de la foule dans le logis qui lui avait été accordé.
- Mes amis. Je suis porteur d’une terrible prophétie. Elle concerne le secret des anciens, dicta-t-il, inquiet.
- Le secret des anciens ? Comment en connais-tu l’existence ? l’interrogea Esteban, perplexe.
- Au cours de mon dernier périple, j’ai traversé bien des pays. Il y a peu, j’ai trouvé halte et accueil dans un village en Inde. Il se nomme Patala … compléta le chinois.
- C’est là que se trouve Tao, l’informa Zia. L’y as-tu vu ?
- Non. Il ne s’y trouvait pas lorsque je m’y suis rendu, mais je sais que vous vous y êtes longuement attardés auparavant. Lors de ma halte, j’ai trouvé un mystérieux temple.
- Il s’agit du temple mémoire. Nous savons tout cela, s’agaça l’atlante.
- Esteban, laisse-moi terminer mon récit, veux-tu.
Face à la consternation de son acolyte, le jeune homme se tut et Tian Li reprit son monologue.
- Dans ce temple, j’ai débusqué une pièce secrète qui m’avait été indiquée dans un vieux manuscrit que j’ai traduit lors de mon passage dans un monastère tibétain. Cet endroit dissimulé comprend des gravures dont je n’ai pu déchiffrer qu’une prémonition : « Lorsque le soleil jaillira vers le ciel, le tonnerre ravagera la terre ».
- Cela ne nous avance pas, répond Esteban.
Ignorant son détracteur, le religieux s’adressa finalement à Zia.
- Zia, le temps presse. Vous devez me conduire jusqu’à Tao. Lui seul pourra nous éclairer. Est-il avec vous ?
- Non, Tian Li. Il n’est pas ici.
- Se trouve-t-il encore dans la cité céleste, dans la montagne ?
- Nous sommes venus seuls. Tao se trouve en Inde et nous devons l’y rejoindre. Pendant notre propre déambulation, nous avons appris qu’une menace grave pesait sur l’Humanité. Nous nous sommes posés ici pour nous ravitailler et nous comptons partir aujourd’hui. Selon les sages qui nous ont reçu longuement dans leur temple éternel, notre quête n’est pas terminée.

Esteban, Zia et leurs amis parviendront-ils à percer les derniers secrets de leurs ancêtres ? Quelle est cette nouvelle menace qui pèse ? Vous le saurez en lisant le prochain extrait de ce chapitre dont la publication est prévue dans la dernière moitié du mois de janvier.

Désolé si ce texte est un peu court. Il est bien plus long que cela, mais il me reste encore quelques détails à peaufiner avant de vous en livrer la totalité. En attendant, je vous dis ... Au revoir, à bientôt ! :x-):
MCO1 : 17,5/20
MCO2 : 13/20
MCO3 : 13/20
MCO4 : 14/20
Avatar de l’utilisateur
TEEGER59
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 3645
Inscription : 02 mai 2016, 14:53
Localisation : Valenciennes
Âge : 43
Contact :

Re: [FANFIC] - Sur les traces du secret des anciens

Message par TEEGER59 »

Court mais prometteur.
C'est amusant de voir les différentes versions que chacun va écrire.
Bonne continuation!
:Laguerra: : AH! Comme on se retrouve!
:Mendoza: : Ma première leçon ne t'a pas SUFFIT?
:Laguerra: : Cette fois, tu ne t'en sortiras pas si FACILEMENT!
Avatar de l’utilisateur
Este
Maître Shaolin
Maître Shaolin
Messages : 1711
Inscription : 02 avr. 2020, 15:06
Localisation : Kûmlar
Âge : 13
Contact :

Re: [FANFIC] - Sur les traces du secret des anciens

Message par Este »

TEEGER59 a écrit : 03 janv. 2021, 18:39 Court mais prometteur.
C'est amusant de voir les différentes versions que chacun va écrire.
Bonne continuation!
Tout à fait d'accord. Cette fanfic semble être aussi bien que ta précédente qui était excellente !!
Saison 1 : 18/20 :D
Saison 2 : 13/20 :roll:
Saison 3 : 19/20 :-@ :-@ :-@
Saison 4 : 20/20 :-@ :-@ :-@ :-@ :-@

Perso préféré : Laguerra
Couple préféré : Mendoza et Laguerra
Avatar de l’utilisateur
Le Flamand
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 154
Inscription : 23 févr. 2017, 01:11
Localisation : En Flandre. Niché à Lille (Rijsel) ou perché au Mont des Cats (Katsberg)
Âge : 22
Contact :

Re: [FANFIC] - Sur les traces du secret des anciens

Message par Le Flamand »

Hello hello.
Petit message de service pour annoncer que le prochain extrait qui sortira sera le chapitre n°1. Ayant quelque peu remanié le début de cette fanfic (mon perfectionnisme me perdra ...), j'ai décidé de vous publier le premier chapitre en entier avant la fin du mois de février. Ensuite, j'espère pouvoir vous proposer un chapitre par mois (la périodicité de la publication pourra toutefois être revue au gré de ma vie perso, ne criez donc pas victoire trop vite :lol:).

Voici donc la mise à jour du sommaire :
- Chapitre I : Retrouvailles (publication prévue fin-février)
- Chapitre II : Le secret des anciens (publication prévue courant mars)
- Chapitre III : L'ordre du sablier (publication prévue courant avril-mai)
Les chapitres suivants seront ajoutés progressivement.
MCO1 : 17,5/20
MCO2 : 13/20
MCO3 : 13/20
MCO4 : 14/20
Avatar de l’utilisateur
Le Flamand
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 154
Inscription : 23 févr. 2017, 01:11
Localisation : En Flandre. Niché à Lille (Rijsel) ou perché au Mont des Cats (Katsberg)
Âge : 22
Contact :

Re: [FANFIC] - Sur les traces du secret des anciens

Message par Le Flamand »

Bonsoir à tous,
Avant toute chose, je remercie les quelques membres du forum qui m'ont donné de multiples idées farfelues que vous retrouverez très prochainement dans la suite de mes écrits (elles se reconnaitront). Ensuite, je vous informe également que le chapitre qui suit est l'introduction remaniée, donc une réécriture du premier chapitre déjà posté. Le suivant sera publié ultérieurement.

Avant-propos
Votre humble serviteur informe son sympathique public adoré (et ses potentiels détracteurs qu’il invite à formuler des critiques constructives dans la bienveillance qui fait la convivialité de ce forum qu’il aime parcourir) que cette œuvre disséminera la logique aux quatre vents. L’auteur invite donc les puristes à ne pas chercher la petite bête ou à se prendre la tête sur un quelconque détail précis. Les contenus qui seront ici publiés reprendront des allusions et références issues des quatre saisons (que ce soit la saison « originale » ou les suivantes produites par « Blue Spirit »). Les textes ici présentés feront l’impasse sur quelques détails mineurs ou majeurs que l’écrivain juge incohérents ou inutiles au déroulé de son récit (cela est valable pour les quatre saisons). Par là même, votre humble serviteur décline toute responsabilité en cas de ressemblance avec une autre fanfiction présentée sur ce forum ou ailleurs. Le cas échéant, cela serait absolument fortuit, donc involontaire, d’autant qu’il n’a pas presque pas le temps de parcourir les œuvres de ses petits et grands camarades. Maintenant que tout est clarifié, l’homme va pouvoir se remettre en quête d’inspiration pour les nombreux ouvrages sur lesquels il s’affaire (par là comprenez divers romans, mémoires et articles de presse). Ne désirant pas vous faire languir, l’auteur vous annonce que ce texte est immédiatement suivi du prologue remanié. Bonne lecture.


Prologue
14 décembre 1536
Ce matin-là, Tian Li se réveilla aux aurores. Accompagné du fidèle Long Sho, le moine pèlerin quitta l’abri de fortune qu’il s’était constitué la veille dans l’espoir de pouvoir enfin sortir du massif forestier qui le retenait depuis trois jours. S’il connaissait sa destination, l’homme avait perdu tous ses repères. Voilà déjà quelques semaines que l’hiver avait remplacé l’automne. Quelques semaines que les traits et les couleurs des paysages avaient changé, et que la neige immaculée avant commencé à s’accumuler sans discontinuer sur les reliefs désormais figés jusqu’au printemps.

Malgré la couleur sombre que prenait peu à peu le ciel, le religieux et l’animal se mirent en marche. Equipé de son bâton, il gravit sans peine les quelques sentiers escarpés qui se dessinaient encore devant lui. Egaré, il l’était également par la pensée. Au cours des trois dernières années, Tian Li n’avait eu de cesse d’étudier les différents ouvrages anciens qui lui passaient entre les mains. Pour ce faire, il avait parcouru de nombreuses contrées d’Asie et fait la connaissance de moines savants. De la Chine à l’Inde, celui qui se réfugiait toujours sous son couvre-chef avait acquis d’incroyables connaissances auxquelles il n’aurait jamais pensé pouvoir accéder. Depuis qu’il avait croisé la route des élus et de leur naacal, le moine de Shaolin s’était dévolu à la plus noble des tâches qu’il s’était attribué jusque-là : Les aider à percer les mystères qui entourent leur mission et leur destin. Il en était certain, sa mission n’était pas encore terminée et il les retrouverait bientôt sur son chemin. C’est pourquoi il s’était machinalement dirigé vers le dernier lieu qui avait abrité leur rencontre.

***

Flashback – Saison 2 > Episode 9 (la prophétie)
Alors qu’ils assistent stupéfaits au départ du grand condor, deux religieux se tiennent devant l’entrée du lieu sacré.
- Je te sens bien inquiet, Tian Li. Comme si tu portais tout à coup un secret trop lourd pour toi seul, énonce celui qui veille à la tranquillité de Shaolin.
- Maître. Leur livre contient de terribles prophéties. L’une d’elles parle d’un terrible danger qui guette Esteban et ses amis. Elle en donne même le lieu et le moment, précise le dénommé Tian Li.
- Est-ce pour cela que tu as gardé le silence ?
- Ce danger risque de tuer l’un d’entre eux. Mais s’ils ne l’affrontent pas, ils n’ont aucune chance de découvrir le secret qu’ils recherchent. Maître. Avais-je le droit d’intervenir dans leur destin ?
- Ton propre destin, Tian Li, a été de les secourir, de les amener ici et de prendre connaissance de cette prophétie. Sans eux, notre temple aurait été détruit. Et sans toi, l’un d’eux va peut-être mourir. La route de ton existence est liée à celle de ces enfants. Va, Tian Li. Va. Je le sais, maintenant, c’est ton destin, lui ordonne alors le grand gardien du monastère.

***

Lorsque la journée s’acheva, le moine avait de nouveau perdu tout espoir de retrouver son chemin. Une énième tempête de neige venait de s’abattre sur les deux compagnons qui s’en retrouvaient frigorifiés. L’épaisseur du manteau blanc dépassait désormais deux mètres et le vent glacial disséminait d’incroyables congères, ce qui rendait très difficile la progression de l’équipée. Mais alors qu’il se préparait à s’abriter pour la nuit, Tian Li aperçut plusieurs lueurs lointaines. L’entrain retrouvé, le chinois entreprit de rejoindre leur source. Ce fut chose faite une heure après lorsqu’il atteignit enfin un village, celui qu’il recherchait. Le sourire aux lèvres, mais le corps exténué, il s’écroula lourdement dans la ruelle principale sous le regard de Long Sho qui se mit à hurler à la mort. Alerté par la cacophonie, le doyen de la peuplade accourut non sans peine au chevet du voyageur. Aidé par plusieurs autres villageois, il transporta le moine jusqu’à sa bâtisse où il fut installé.

Au milieu de la nuit, la quiétude fut soudainement interrompue. Sans signe avant-coureur, le sol se mit violemment à trembler dans toute la région et l’obscurité laissait place à un ciel doré très lumineux. Cette succession d’événements anormaux sortit le pèlerin de son profond sommeil. Aussitôt, il parut au dehors en compagnie des autres habitants des lieux. Il contempla longuement la métamorphose des environs, puis il s’empara de l’un des recueils de prédictions qui lui avaient été remis au cours de son périple. Il le feuilleta longuement et relut un passage qui avait déjà suscité son attention auparavant : « Lorsque la montagne mère s’éclairera, surgiront ténèbres et dévastation ». Cette relecture lui engendra des frissons d’horreur. Car s’il arrivait parfois à interpréter certaines prophéties, il lui était toujours impossible d’en saisir les détails.

***

Au sommet du Mont Everest, le soleil s’était déjà levé depuis plus de deux heures lorsqu’un mécanisme s’activa enfin. Dans l’antre de la cité de Badalom, une lumière plus importante encore se mit à briller de mille feux. Au centre d’un temple, un objet en orichalque se souleva et des escaliers apparurent. Aussitôt, Estéban et Zia en émergèrent comme par magie. Malgré leur précipitation, ils entravèrent le fonctionnement de la porte d’énergie. Cette dernière, qui menait à leur domaine réservé, ne devait pas être franchie par un Ambrosius qui pourrait parvenir à revenir piller les ressources renfermées par les sages de Mu et d’Atlantide.

Sans prendre le temps de contempler l’endroit qu’ils avaient vu disparaître juste après le vol commis par le scientifique fou, le couple prit la direction des sous-sols. Et tandis que la jeune inca se dirigeait vers la grande bibliothèque, son compagnon s’engagea dans le dédale que formait le niveau auquel était établie la fabrique. Contre son habitude, l’atlante impatient s’accorda de longues minutes de réflexion. Il n’entendait pas commettre une erreur qui pourrait lui coûter la vie ou nuire à celle de la jeune femme. Après une analyse minutieuse, il poussa un levier qui donna vie à l’usine. Suivant les conseils donnés par le sage qui avait en charge la gestion de la cité, il déclencha un mécanisme permettant la fabrication d’un condor. Sur les plans, celui-ci était aussi peu massif que celui qu’il avait piloté jusqu’ici, mais il renfermait une particularité étonnante qui leur restait encore inconnue.

Bien que la production de l’engin volant ne dût pas prendre plus d’une dizaine de minutes, il lui fallut attendre quelques secondes avant de voir l’ensemble de la technologie muenne se mettre en branle. Sous les yeux ébahis de l’élu et bientôt ceux de sa dulcinée, se façonnèrent de multiples pièces d’orichalque qui se mirent ensuite en lévitation avant de prendre place sur la carcasse de ce qui ressemblait de plus en plus à un condor. Mais lorsque l’assemblage fut achevé, les deux voyageurs durent encore attendre. En effet, les directives données par leurs professeurs étaient très claires. Les deux porteurs du médaillon ne pouvaient pas y pénétrer avant qu’un éclair violet ne l’ait frappé. Zia qui était restée en retrait s’approcha d’Estéban. Elle lui prit la main et tous deux attendirent la survenue du phénomène. Lorsqu’il se produisit, une cécité s’imposa et leur vision fut occultée pendant de longs instants. Ce moment leur parut être une éternité insupportable.

***

Dans la vallée, les habitants du village demeuraient stupéfaits. Seul Tian Li restait impassible. Affairé sur une corvée ménagère, le moine attendait son heure. Ayant réfléchi toute la nuit durant, il commençait à saisir la signification des différents manuscrits qu’il avait pu examiner ou emporter. « C’est pour aujourd’hui », pensa-t-il en observant à nouveau la montagne qui avait repris son apparence originelle.

***

La vision recouvrée, les deux élus se retrouvèrent face à un grand condor en tout point identique à celui qu’ils avaient trouvé dans le Nouveau Monde. Seule la couleur dont la teinte était plus argentée que dorée était un facteur qui permettrait de le différencier de son congénère. Sans plus attendre, Zia sortit le double médaillon de sa besace, puis le présenta au-devant du bec. Immédiatement, celui-ci s’ouvrit pour permettre un accès direct à l’intérieur de la cabine de pilotage. Pendant qu’Estéban débutait la procédure de décollage, la jeune femme revint sur ses pas pour aller récupérer les deux emblèmes solitaires. Comme prévu, cette action provoqua le début d’une fermeture anticipée et incontrôlée de la cité. Sans peur, elle traversa de nouveau l’ensemble des allées, esquivant les différents obstacles qui se posaient sur sa route.

Le délai qui lui était imparti étant très court, la muenne accourut pour se hisser enfin aux côtés de son bien-aimé, avant de se diriger vers les banquettes situées arrière. Elle souleva l’une des assises et déposa les différents tubes qui lui avaient été indiqués dans le petit coffre.
- J’ai les médaillons. Nous pouvons partir, annonça-t-elle avant de s’installer aux côtés de son ami.
L’atlante acquiesça puis activa les différentes fonctions mécaniques de leur nouveau moyen de transport. Il dériva finalement son regard sur sa chère et tendre.
- Prête, Zia ?
Pour seule réponse, elle se rapprocha pour lui adresser une tendre bise sur la joue. Le jeune homme rougit, mais préserva sa concentration pour prendre les commandes. Et bien que la cité se refermait peu à peu, l’oiseau argenté gagna bien vite l’ouverture qui lui permit de se dégager des lieux. Puis tandis que son lieu de fabrication disparaissait progressivement dans un brouillard tenace, l’engin s’envola et prit la direction du sud. Il poursuivit son vol quelques dizaines de minutes, avant de dévier subitement de trajectoire sur directive d’Estéban. Le cap s’inversa soudainement.
- Qu’est-ce que tu fais ? L’Inde ne se situe pas au nord. Nous devons aller vers le Sud, observa l’inca.
- Je mets le cap sur le village où nous avons revu Tian Li pour la dernière fois. Il nous faut nous ravitailler avant de prendre la direction de Patala, répondit-t-il sans détourner son regard de l’horizon.
Perplexe, Zia demeura silencieuse. En effectuant ce voyage imprévu, son ami s’éloignait des recommandations prodiguées par les sages de Mu au cours des deux dernières années. « Lors de votre retour sur Terre, ne perdez pas de temps. Le sort du Monde en dépend » leur avait pourtant martelé la princesse Rana’Ori qui avait précisé que leur nouvelle quête devrait obligatoirement débuter « là où est établi l’Ordre du Condor ».

À l’instar de Tian Li, les deux élus peinèrent très longuement à retrouver le village tibétain. En effet, malgré les diverses leçons qui leur avaient été données par Mendoza, ils conservaient certaines lacunes dans le domaine de la navigation. Et ce n’est que lorsque l’astre solaire avait fortement décliné dans le ciel que l’oiseau argenté parut au-dessus de la petite bourgade sous les regards anxieux de ses habitants qui avaient été informés de l’existence de cette nouvelle prophétie.

Qu’adviendra-t-il de nos héros ? Parviendront-ils à percer les secrets qui entourent leur existence et leur destin futur ? Tian Li sera-t-il à la hauteur de ses propres espérances ? Tao, Mendoza et les autres se joindront-ils à eux ? Vais-je arrêter de poser des questions qui vous donnent envie de lire la suite immédiatement ? Vous le découvrirez dans le chapitre, dont la publication est prévue courant mars-avril !
MCO1 : 17,5/20
MCO2 : 13/20
MCO3 : 13/20
MCO4 : 14/20
Avatar de l’utilisateur
TEEGER59
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 3645
Inscription : 02 mai 2016, 14:53
Localisation : Valenciennes
Âge : 43
Contact :

Re: [FANFIC] - Sur les traces du secret des anciens

Message par TEEGER59 »

C'est excellent!
:Laguerra: : AH! Comme on se retrouve!
:Mendoza: : Ma première leçon ne t'a pas SUFFIT?
:Laguerra: : Cette fois, tu ne t'en sortiras pas si FACILEMENT!
Avatar de l’utilisateur
Le Flamand
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 154
Inscription : 23 févr. 2017, 01:11
Localisation : En Flandre. Niché à Lille (Rijsel) ou perché au Mont des Cats (Katsberg)
Âge : 22
Contact :

Re: [FANFIC] - Sur les traces du secret des anciens

Message par Le Flamand »

Merci Julie !
Je suis content que ça te plaise !
J'espère que les prochains chapitres seront à la hauteur. ^^
MCO1 : 17,5/20
MCO2 : 13/20
MCO3 : 13/20
MCO4 : 14/20
Avatar de l’utilisateur
TEEGER59
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 3645
Inscription : 02 mai 2016, 14:53
Localisation : Valenciennes
Âge : 43
Contact :

Re: [FANFIC] - Sur les traces du secret des anciens

Message par TEEGER59 »

Avec les idées bien barrées que tu as, je n'en doute pas une seconde!
:Laguerra: : AH! Comme on se retrouve!
:Mendoza: : Ma première leçon ne t'a pas SUFFIT?
:Laguerra: : Cette fois, tu ne t'en sortiras pas si FACILEMENT!
Avatar de l’utilisateur
Ambrozares2
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 245
Inscription : 23 nov. 2019, 09:39
Localisation : Cuesmes (Mons-Hainaut) Belgique
Âge : 46

Re: [FANFIC] - Sur les traces du secret des anciens

Message par Ambrozares2 »

Bonnes idées, le retour de Tian Li, la réouverture de Badalom et un deuxième Condor argenté!
J'imagine les 2 condors en vol, désamorçant un éventuel conflit qui met en danger l'humanité !
Hate de lire la suite.
Répondre