La flamme de Quetzalcoatl

C'est ici que les artistes (en herbe ou confirmés) peuvent présenter leurs compositions personnelles : images, musiques, figurines, etc.
Avatar de l’utilisateur
pedro
Alchimiste bavard
Alchimiste bavard
Messages : 53
Inscription : 02 janv. 2020, 18:36
Genre :
Âge : 10
Statut : Hors-ligne

Re: La flamme de Quetzalcoatl

Message par pedro »

Ok dsl je viens t'ajouter mon age sur mon profil
Avatar de l’utilisateur
IsaGuerra
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 461
Inscription : 12 févr. 2017, 17:11
Localisation : Vosges
Genre :
Âge : 20
Statut : Hors-ligne

Re: La flamme de Quetzalcoatl

Message par IsaGuerra »

Suite :

La jeune catalane se réveilla en sursaut, elle passa le dos de sa main sur son front pour en essuyer la sueur qui y coulait. Sofia regarda l'heure inscrite sur son réveil, elle fut surprise en voyant qu'il était déjà presque neuf heures, malgré son étrange rêve elle avait relativement bien dormi.
Elle se leva pour aller prendre son petit déjeuner mais avant cela Sofia échangea sa petite robe de coton couleur pollen pour celle d'une mousseline d'un vert presque émeraude, elle noua la petite ceinture qui allait avec autour de sa taille et en fit un joli flot, elle passa ensuite ses souliers bruns. Sofia se rendit ensuite devant son miroir afin de pouvoir brosser son épaisse chevelure, elle souffla légèrement sur sa mèche bleue qui lui retombait devant les yeux afin de la remettre en place.
Maintenant prête, Sofia descendit prendre un petit déjeuner rapide puis tout de suite remonta dans la mansarde. Pendant qu'elle rangeait, Sofia ne pouvait dévier son regard de la malle qu'elle avait ouvert hier, elle se demandait pourquoi ses grands-parents entreposaient un trésor entier là caché des yeux de tous. Alors qu'ils devraient l'exposer au moins dans le rez-de-chaussée.
Afin de ne pas se perdre, Sofia ne triait que carton par carton. Elle passait le balai avant de reposer les paquetages à leurs nouvelles places et à l'aide d'un crayon noir elle avait inscrit ce que chaque boîte contenait afin que quiconque monterait dans ce grenier en quête d'un objet pourrait le trouver plus aisément. Elle y passa tout le temps qu'il lui était attribué en cette journée.
Dans le milieu de l'après midi, elle fut rejoint par son grand-frère qu'elle n'avait, jusqu'à présent, vu uniquement lors du déjeuner. Elle discerna qu'il avait dans sa main un autre livre.

« J'espère que tu vas m'aider à ranger un peu et non me regarder faire pendant que tu lis.
- Non ne t'inquiètes pas je vais t'aider. Et ce livre c'est pour toi.
- Pour moi ?
- Oui. Ce que tu m'as dit cette nuit quand tu es venue dans ma chambre, ça m'a intrigué alors ce matin j'ai demandé à abuelito de me laisser parcourir sa bibliothèque et je t'ai trouvé ce livre. Je suis impressionné, abuelito possède une grande collection de livres qui traitent le sujet des Incas. J'en ai survolé quelques uns et quand j'ai vu celui là je me suis dit qu'il pourrait t'intéresser.
- Vraiment ?
- Oui, il y a un grand chapitre sur les quipus. J'espère qu'il te plaira.
- Merci grand frère, c'est gentil d'avoir cherché ce livre pour moi. Je le lirai ce soir »


Sofia, qui s'était avancée, déposa un petit baiser sur la joue de son frère et posa le livre qu'il lui confiait en sécurité.
Pendant le reste de la journée, frère et sœur rangèrent ensemble, déplacèrent les meubles comme ils le purent. En ouvrant un carton ils tombèrent sur de nombreuses peluches et ne purent s'empêcher de jouer avec quelques instants.

Alors que la journée s'achevait, Pablo redescendit pour aider sa grand-mère à finir de préparer le dîner. Sofia, quant à elle, récupéra le livre confié par son frère et voulu descendre à son tour mais au moment d'entamer sa descente elle regarda une dernière fois la malle. Repensant à ce qu'elle avait vu à l'intérieur ainsi qu'à ce que son frère lui avait dit pendant la nuit, elle reposa les pieds sur le sol du grenier et se dirigea vers le coffre, l'ouvrit à nouveau et se saisit des ficelles entremêlées avant de se rendre dans sa chambre pour poser les deux objets sur son lit. Une fois fait, elle alla dîner.
Tellement absorbée par ses pensées sur ce qu'elle pourrait découvrir en lisant ce livre, Sofia ne mangea que très peu. Peut être que cela ne serait que des chiffres et pourtant elle sentait que c'était important... Elle devait sans doute se faire des idées, elle devait éviter de penser que des choses fabuleuses pourrait lui arrivait si elle déchiffrait ce fameux quipu. Elle n'était pas le personnage principal d'un de ses contes de fées qui la passionnaient tant... Elle n'était qu'une simple petite fille parmi tant d'autres. Mais ce n'est pas ça qui l'empêcherait de s'occuper ce soir avec ces cordelettes.

Le repas fini, la catalane fila dans sa chambre et s'installa directement sur son lit avec le journal sur ses jambes, le quipu devant elle à droite, le livre provenant de la bibliothèque de son abuelito pile en face ainsi que son carnet de note et son porte-plume sur sa gauche. Elle commença par parcourir l'ouvrage, son regard s'arrêta sur un dessin, celui d'un espèce de petit totem debout sur une petite estrade tenant dans chacune de ses mains comme un serpent, sa tête était entouré de plumes. Sofia lut alors qu'il s'agissait du dieu Viracocha, le dieu créateur des Incas ainsi que leur roi de la foudre et des tempêtes. Mais, ne s'intéressant pas vraiment à lui, la jeune fille feuilleta les autres pages jusqu'à atteindre le chapitre qui l'intéressait tant, celui traitant du quipu.
Elle apprit alors que pour coder les quipu il fallait tout d'abord s'équiper d'une corde principale, celle où toutes les autres cordelettes seraient rattachées pour ensuite être nouées selon trois sortes de nœuds différents. Dans le cadre de la gestion économique et démographique Inca, de simples nœuds représentaient les unités, des nœuds plus complexes représentaient les dizaines ; ceux-ci était en fait des nœuds simples auxquels plusieurs tours avaient été ajoutés, et enfin pour représenter les centaines les quipucamayocs, traduit en maître des quipus, se servaient de nœuds de huit.

Noeud Quipu.png
Noeud Quipu.png (39.45 Kio) Consulté 2777 fois

Sofia comprit aisément que sur chaque petite ficelle le compte ne pouvait atteindre que 999 mais juste après elle put lire qu'afin de rallonger les entiers il suffisait de rajouter une ficelle sur la première.
La catalane continua de consulter les pages du chapitre et découvrit qu'il existait de nombreuses combinaisons possible avec un mélange des couleurs, de la matière et de la façon de faire les nœuds sur les fils et que par conséquent il était possible d'écrire certains messages plus ou moins court formés de manière syllabique.
Toutes ces informations assimilées, Sofia se lança dans le déchiffrage de son quipu. Elle l'étala devant elle et en suivant les codes, l'espagnole put comprendre qu'il ne s'agissait pas de comptes mais d'un message.

« Calme toi Sofia, papa te l'a répété les contes de fées ça n'existe que dans les livres... Et puis ça ne doit pas être très intéressant... »

Néanmoins, elle continua son décryptage, à chaque petite corde Sofia associait une petite retranscription dans son carnet. Cela lui prit pas moins de deux heures et quarante-trois minutes pour reproduire en espagnol le message contenu dans les boucles. Une fois la dernière retranscription réalisée, Sofia posa le quipu sur le petit journal et se saisit son carnet de note pour lire ce qu'elle avait écrit.

Lorsque Koyolite étoile brillante répondra à l'appel du cœur pur il rejoindra les enfants du Soleil et de la Lune pour réveiller la flamme du serpent ailé.

« Mais... Ça n'a aucun sens... Ça ne veut rien dire... »

La jeune catalane, s'admonestant mentalement cas elle se doutait qu'elle n'obtiendrait pas grand-chose, fut effectivement déçue de cette traduction...
Insatisfaite et fatiguée, Sofia décida de se coucher et d'oublier cette histoire. Elle rangea son porte-plume dans sa boîte, puis l'empila avec le livre de son grand-père et son cahier sur son chevet. Puis elle prit en main journal et le quipu et continua de les contempler.
Sofia laissa échapper un soupir lorsque son œil fut attiré à sa fenêtre. Sans bouger, elle aperçut une gigantesque lumière d'un bleu azur si vif qu'elle ne put la regarder plus longtemps elle se cacha les yeux avec ses mains.
Ce phœnix bleu disparut aussi vite qu'il était apparu, Sofia était médusée par ce qu'elle croyait avoir vu, elle se rendit même compte que ses bras tremblaient sous le poids de son corps... Elle se sentait soudain comme dans du coton, elle avait l'impression que son cœur n'était plus à sa place dans sa poitrine elle ne le sentait plus battre... La pièce tournait autour d'elle, la catalane préféra s'allonger, espérant que cela calmerait peut être son corps et son esprit, et par instinct serra contre elle la première chose qu'elle eut sous la main, autrement dit le duo d'antiquités. Sofia écrasa autant qu'elle le pouvait son buste avec le journal et serrait le quipu jusqu'à se planter ses ongles dans la paume de la main... Elle se sentait horriblement mal, incapable de faire le moindre geste ou d'extérioriser la moindre parole.
N'ayant plus la force de lutter contre ce mal étrange, Sofia se laissa sombrer dans les abîmes de la nuit.
Puis ce fut le trou noir, plus rien...
Dernière modification par IsaGuerra le 14 janv. 2020, 21:44, modifié 1 fois.
« On le fait parce qu'on sait le faire » Don Flack
« Ne te met pas en travers de ceux qui veulent t'aider » Sara Sidle

« J'ai de bonnes raisons de faire ce que je fais » Isabella Laguerra
Avatar de l’utilisateur
yupanqui
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 2684
Inscription : 02 déc. 2012, 15:07
Localisation : Machu Picchu et Cuzco
Genre :
Âge : 48
Statut : Hors-ligne

Re: La flamme de Quetzalcoatl

Message par yupanqui »

Bravo.
Un suspens à la Teeger !
Très bien écrit.
« On sera jamais séparés » :Zia: :-@ :Esteban:
Avatar de l’utilisateur
TEEGER59
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 3292
Inscription : 02 mai 2016, 14:53
Localisation : Valenciennes
Genre :
Âge : 42
Contact :
Statut : En ligne

Re: La flamme de Quetzalcoatl

Message par TEEGER59 »

Non, non! Un suspense à la Zazu.
On attend la suite avec impatience. ;)
:Laguerra: : AH! Comme on se retrouve!
:Mendoza: : Ma première leçon ne t'a pas SUFFIT?
:Laguerra: : Cette fois, tu ne t'en sortiras pas si FACILEMENT!
Avatar de l’utilisateur
yupanqui
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 2684
Inscription : 02 déc. 2012, 15:07
Localisation : Machu Picchu et Cuzco
Genre :
Âge : 48
Statut : Hors-ligne

Re: La flamme de Quetzalcoatl

Message par yupanqui »

En tout cas, elle écrit bien cette jeune lorraine.
« On sera jamais séparés » :Zia: :-@ :Esteban:
Avatar de l’utilisateur
Akaroizis
Maître Shaolin
Maître Shaolin
Messages : 1494
Inscription : 24 sept. 2016, 12:25
Localisation : A bord de l'Esperanza, voguant aux cotés de Mendoza. Ou bien à Cachan, c'est bien aussi.
Genre :
Âge : 19
Contact :
Statut : Hors-ligne

Re: La flamme de Quetzalcoatl

Message par Akaroizis »

Je n'ai pris le temps de lire la suite qu'aujourd'hui et... la sauce prend ! C'est intéressant, et ça offre un point de vue original et nouveau. ;)
Le présent, le plus important des temps. Profitons-en !

Saison 1 : 18.5/20
Saison 2 : 09/20
Saison 3 : 13.5/20


Ma présentation : viewtopic.php?f=7&t=80&p=75462#p75462
Avatar de l’utilisateur
yupanqui
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 2684
Inscription : 02 déc. 2012, 15:07
Localisation : Machu Picchu et Cuzco
Genre :
Âge : 48
Statut : Hors-ligne

Re: La flamme de Quetzalcoatl

Message par yupanqui »

Eh Teeger, ce n’est pas parce qu’Isaguerra publie que tu dois t’endormir.
Où en sont les Chroniques Catalanes ?
« On sera jamais séparés » :Zia: :-@ :Esteban:
Avatar de l’utilisateur
pedro
Alchimiste bavard
Alchimiste bavard
Messages : 53
Inscription : 02 janv. 2020, 18:36
Genre :
Âge : 10
Statut : Hors-ligne

Re: La flamme de Quetzalcoatl

Message par pedro »

Tres bonne histore!
Avatar de l’utilisateur
TEEGER59
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 3292
Inscription : 02 mai 2016, 14:53
Localisation : Valenciennes
Genre :
Âge : 42
Contact :
Statut : En ligne

Re: La flamme de Quetzalcoatl

Message par TEEGER59 »

yupanqui a écrit : 15 janv. 2020, 13:00 Eh Teeger, ce n’est pas parce qu’Isaguerra publie que tu dois t’endormir.
Où en sont les Chroniques Catalanes ?
Ça va venir. J'ai un peu de mal avec la suite. Un petit colmatage à faire.
:Laguerra: : AH! Comme on se retrouve!
:Mendoza: : Ma première leçon ne t'a pas SUFFIT?
:Laguerra: : Cette fois, tu ne t'en sortiras pas si FACILEMENT!
Avatar de l’utilisateur
IsaGuerra
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 461
Inscription : 12 févr. 2017, 17:11
Localisation : Vosges
Genre :
Âge : 20
Statut : Hors-ligne

Re: La flamme de Quetzalcoatl

Message par IsaGuerra »

Chapitre 2 :

Différents bruits de la nuit parvinrent jusqu'à ses oreilles. Sofia essaya de rassembler ses esprits et cligna des yeux avant de les ouvrir sans pour autant voir quelque chose...

« Oh bon sang... Qu'est ce qui s'est passé ?... J'ai mal au crâne... »

En prononçant ces mots, elle s'était mise à quatre pattes posant à côté d'elle ce qu'elle avait en main, elle avait des vertiges et préférait se relever en douceur. En se mettant à genoux elle porta une de ses mains sur son front et se pinça le nez. Sofia cligna des yeux plusieurs fois pour essayer de faire une mise au point, quand elle eut réussi, elle se rendit vite compte qu'elle n'était plus dans son son lit ni même dans sa chambre mais plutôt dans une sorte de cabine de pilotage presque entièrement dorée ouverte sur un grand ciel sombre et parsemé de petits points lumineux.

« Où est-ce que j'ai atterri encore ?... »

A nouveau prise de vertiges, elle s'allongea sur le dos et fixant le ciel, la jeune adolescente écarta ses bras sur le sol et tenta de reprendre un souffle plus régulier. Soudain elle se rendit compte, en écoutant attentivement, que parmi le vent et les animaux nocturnes il y avait également des voix, trois si elle ne se trompait pas, et en y regardant mieux il y avait un filet de fumée s'élevait doucement dans les airs. Sofia se dit que ce n'était rien et essaya de s'endormir. Sans succès !

Pendant ce temps, là, en bas, un trio de jeunes gens ainsi qu'un perroquet profitaient joyeusement d'une veillée autour d'un feu de camp.

04 - Pitite soirée.png

Malgré cela, la seule fille de la petite troupe stoppa ses compagnons dans leurs discours pour leur signaler qu'il y avait des bruits étranges provenant de leur moyen de transport.

« Esteban je te jure que j'ai réellement entendu quelque chose dans le Condor !
- Arrête Zia on est plus que tous les trois sans compter Pichu ! On ne risque rien, plus rien.
- Non Esteban je ne suis pas folle ! Je suis sûre qu'il y a quelque chose.
- Mais enfin réfléchis un peu... On est dans un endroit perdu au beau milieu de la nuit.
- Bon et bien je vous laisse vous disputer tous les deux, moi, je vais aller voir si cela peut te rassurer.
- Merci Tao. »


Tao se leva en prenant appui sur sa jambe puis se dirigea vers le bec de l'oiseau et sauta dessus pour commencer à l'escalader sous le regard de ses amis.
Dans le cockpit, Sofia paniquait ! Elle ne savait pas qui étaient ces gens qu'elle avait entendu mais une chose était sûre elle ne voulait pas s'éterniser là pour le savoir, il fallait qu'elle se relève et qu'elle sorte de cet endroit. Bien qu'encore étourdie, elle se saisit du journal et du quipu et se força à se lever mais à peine debout, ses jambes se dérobèrent et l'adolescente se rattrapa au dossier de l'un des sièges. Elle voulut se redresser mais ne put rien faire de plus tant son corps était faible. Sofia ferma les yeux et se laissa glisser au sol au moment même où Tao sauta dans le cockpit.
A la vue de cette jeune fille inconnue, il écarquilla grand les yeux en s'approchant d'elle. Zia avait bien entendu mais c'était insensé comment avait-elle pu arriver ici sans qu'aucun des trois ne la voie monter ? Tao restait muet devant sa découverte si bien qu'il sursauta en entendant Esteban l'appeler depuis le bas du Condor.

« Bon alors Tao ! Qu'est ce qu'il se passe ?
- Si je te le dis, tu ne vas pas me croire. Tu ferais mieux de venir voir par toi-même.
- Bon sang mais tu ne veux pas simplement le dire ?
- Montez et venez voir. Ce n'est pas croyable. »


Ne cherchant pas plus, Esteban grimpa à bord du Condor suivi de Zia. A leur tour ils découvrirent la présence de cette inconnue.

« Mais... Qu'est ce qu'elle fait là celle-là ?
- Si je le savais Esteban !
- Les garçons, arrêtez et regardez plutôt. »


Zia s'était approchée de la mystérieuse fille et, sans la toucher, l'examinait. Elle affirma aux garçons qu'elle n'était pas blessée en dépit de son état. Sans la quitter des yeux, le trio discuta sur ce qu'il fallait faire.
Cependant, Sofia reprit peu à peu connaissance mais ne bougea par pour autant. Elle voulait savoir ce que lui voulait les trois inconnus autour d'elle, comprenant qu'il s'agissait d'enfants elle ouvrit les yeux doucement et eut la possibilité de prendre connaissance de ce qui l'entourait. Elle vit alors une jeune fille à la peau légèrement mate et aux cheveux noirs habillée d'une robe orange, la catalane s'imagina une jeune fille calme et douce... Afin de mettre un visage sur les deux voix restantes, Sofia se redressa en douceur pour se garder d'un autre malaise. Voyant ces nouveaux visages la fixer, Sofia recula peu rassurée. Esteban s'approcha en douceur en lui assurant qu'ils ne lui feraient rien.

« N'aie pas peur, je m'appelle Esteban, elle c'est Zia et lui Tao. Et toi ?
- So... Sofia...
- Comment es-tu arrivée ici ?
- Je n'en sais rien, je ne sais même pas où je suis... »


Comme elle commençait à paniquer, Esteban qui s'était agenouillé à ses côtés lui prit la main en lui souriant légèrement. Sofia lui accorda un début de confiance en échange. Tao proposa de redescendre près du feu pour profiter de la chaleur pendant qu'ils faisaient connaissance.
Une fois tous installés, les regards du trio se portèrent à nouveau sur la voyageuse perdue, il était clair qu'ils avaient un tas de questions à lui poser et ne tardèrent pas à commencer.

« D'où est-ce que tu viens ?
- De... De Barcelone.
- Quoi ? Toi aussi ?
- Euh oui... Pourquoi ? Vous aussi ?
- Oui, Zia était à la Cour d'Espagne et moi au monastère.
- Enfin, nous sommes nés ici, dans ce pays.
- Et Tao vient d'une des îles au milieu du Pacifique.
- Ah d'accord... »


Les trois amis continuèrent à poser plusieurs autres questions ainsi ils apprirent entre autre que Sofia était âgée de treize ans tout comme Tao, que sa mèche bleue n'était qu'une expérience plus ou moins réussie, qu'avant de se retrouver en leur compagnie elle se trouvait chez ses grands-parents à Valldemar et que sa médaille en était une de naissance offerte par ses parents.
Avec ces questions pourtant simples, le trio et Sofia, surtout cette dernière, se trouvaient un peu plus à l'aise. Ils en avaient presque oublié de se demander comment Sofia avait pu atterrir dans le Condor.

« Dis-moi Sofia, qu'est ce qu'il y a d'inscrit sur ta médaille ?
- Mon signe astrologique ainsi que ma date de naissance.
- Et ça donne quoi ?
- Et bien sur le devant, il y a la constellation du lion et sur l'arrière ma date de naissance soit le vingt-huit juillet 1930.
- 19... 1930 ??!
- Oui et bien quoi ?
- C'est tout bonnement impossible Sofia !
- Pourquoi cela le serait-il ? Je suis née cette année là, vérifie par toi même Tao, c'est ce qui est inscrit.
- Mais enfin Sofia ! Nous ne sommes qu'en 1532 !
- Qu... Quoi ?? Non c'est impossible ! Je... Je... Non ce n'est pas possible... Je n'ai pas pu... Remonter le temps...
- Bien que cela soit insensé, cela serait pourtant la seule explication possible.
- Allons Tao arrête tes bêtises, les voyages dans le temps ça n'est pas possible ! Il doit exister une autre explication, Sofia a dû se cogner la tête et son esprit lui joue des tours.
- Je ne suis pas folle ! Je connais quand même ma date de naissance !
- Calme toi Sofia on te croit, seulement je dois avouer que cela nous rend tous les trois perplexes... Que tu sois réellement née en 1930 signifierait que tu viens de quatre cents ans dans le futur.
- Je sais bien mais je t'assure que je ne vous mens pas. Je ne comprends pas non plus ce qui se passe... J'ai juste lu à voix haute ce que j'avais traduit et après je me suis évanouie avant de me retrouver là... »


Sofia se mit à pleurer... Zia se rapprocha d'elle pour la consoler. D'un commun accord silencieux, Esteban, Tao et elle décidèrent qu'ils iraient cherché Mendoza et les deux autres marins au village du Nouveau Soleil le lendemain matin car eux pourraient peut-être les aider à comprendre la situation.
Décision prise, le garçon à la tunique jaune offrit une couverture de laine couleur taupe à leur invitée puis retourna s'allonger près de son meilleur ami. Il ne put s'empêcher de lui confier ses doutes sur ce qui se passait, Esteban lui répondit qu'il ne devait pas s'inquiéter, qu'ils auraient très vite des réponses à ce qu'il se passait et que pour l'instant il ne pouvait rien faire de plus si ce n'est dormir.
Pris de fatigue, les quatre jeunes gens s'endormirent.
Les trio était fortement épuisé aussi bien physiquement que mentalement, la découverte de la première cité et sa destruction, le dernier affrontement avec les Olmèques et le sacrifice du grand prêtre les avaient éreinté.
Esteban avait grand mal à trouver un sommeil calme, il ne cessait de revoir ce personnage masqué d'or lui caresser la joue et s'en aller vers la mort. Il se retourna plusieurs fois sur lui-même afin de trouver une position où il se sentirait plus à son aise, dans ce moment d'insomnie il put apercevoir Sofia qui dormait tout aussi mal que lui...
Dernière modification par IsaGuerra le 05 févr. 2020, 07:50, modifié 2 fois.
« On le fait parce qu'on sait le faire » Don Flack
« Ne te met pas en travers de ceux qui veulent t'aider » Sara Sidle

« J'ai de bonnes raisons de faire ce que je fais » Isabella Laguerra
Répondre