Chroniques Catalanes. Les lettres de mon marin.

C'est ici que les artistes (en herbe ou confirmés) peuvent présenter leurs compositions personnelles : images, musiques, figurines, etc.
Avatar de l’utilisateur
TEEGER59
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 2325
Inscription : 02 mai 2016, 14:53
Localisation : Valenciennes
Genre :
Âge : 41
Contact :
Statut : En ligne

Re: Chroniques Catalanes. Les lettres de mon marin.

Message par TEEGER59 » 24 juin 2019, 22:39

Épilogue.

Au début des ides de décembre, le treize exactement, le concile de Trente débuta.

90.PNG

À 9H30, la procession des Pères Conciliaires, des ambassadeurs et de la noblesse du lieu entra dans la cathédrale Saint-Vigile pour la messe du Saint-Esprit et la première session.
Depuis le temps où il recevait l'enseignement du futur Adrien VI, Charles Quint rêvait du Grand Synode qui purifierait l'Église et réconcilierait les chrétiens. La réalité fut amèrement décevante. Dès la première séance, il apparut que ce concile réunit aux approches d'une guerre de religion, ce concile œcuménique dont les protestants étaient absents donna lieu à un combat entre le pape et l'Empereur.
Celui-ci désirait que la priorité soit donnée à la réforme interne de l'Église. Alors seulement le concile aura l'autorité nécessaire pour définir sa doctrine et l'imposer à tous. Si les protestants contestaient encore, ils prouveront que leurs mobiles ne sont pas religieux. Paul III, au contraire, tenait à ce que la théologie passa au premier plan selon un usage millénaire. Il sera temps de s'occuper du reste quand les Pères se seront exprimés là-dessus. Chacun faisant preuve d'une égale obstination, force était d'arriver à une transaction: on traitera alternativement les deux questions.
Mais le Saint-Père avait l'avantage. Seuls les prélats Espagnols et Napolitains que menait le cardinal Pacheco défendaient la thèse impériale. Ils ne firent pas le poids devant la Curie et les remarquables dialecticiens de l'Église qui ne manquait pas de théologiens éminents comme elle en manquait aux premiers temps de Luther. Les trois légats étaient des hommes de grande valeur. Ils n'entendaient pas perdre l'occasion, n'ayant aucun dissident devant eux, de donner au catholicisme une arme nouvelle. À leurs yeux, ce serait un crime d'y surseoir et de créer des troubles graves en voulant limiter les bénéfices ecclésiastiques, changer les mœurs du clergé, lui rappeler des devoirs oubliés, bref le soumettre à une discipline qui paraissait insupportable. Les Pères s'étaient attachés aux intérêts de la foi, non à ceux de la politique et n'avaient pas tenu compte des récriminations profanes.
À 14H00, la première décision fut prise: la date de la seconde réunion fut fixée. Les Pères tombèrent dans les bras les uns des autres. Seripando, le général des Ermites de Saint-Augustin, l'ordre de Luther, nota dans son journal:
La bouche est ouverte, qui ne peut proclamer que la vérité.

☼☼☼

La vérité! C'est tout ce que l'aventurière voulait savoir quand, installée devant la porte de la grande salle, en haut des marches de la petite logette, elle conversa avec son époux. La question lui brûlait les lèvres. Elle lui demanda de lui expliquer qui était cette femme qui l'avait accompagné jusqu'à Barcelone et, comment elle s'appelait. Comme s'il s'éveillait d'un songe, il se tourna vers elle.
:Mendoza: : Francesca était juste une amie...
:Laguerra: : Les gens parlent Juan. J'aimerai avoir ta version. Il s'est passé quelque chose entre vous deux?
:Mendoza: : La même chose qu'entre Jaume et toi... Uniquement deux baisers dans un moment de faiblesse. Le reste n'est que calomnie...
:Laguerra: : Oui, mais contrairement à moi, vous étiez consentants...
Ce fut comme si les fours d'un atelier de verrerie s'étaient allumés en même temps dans ses veines. Un torrent ardent incendia son sang... le submergea. Mendoza demeura un instant, penché en avant, comme un homme pris de vertige, suspendu au-dessus d'un précipice, puis releva un visage bouleversé qu'il chercha à dissimuler en y passant plusieurs fois une main tremblante.
:Mendoza: : Que m'arrive-t-il? Dieu, que m'arrive-t-il? Je n'ai jamais possédé cette pucelle... Pourquoi sa mort m'affecte-t-elle toujours autant? (Pensée).
Il se demanda s'il n'allait pas tomber, là, aux pieds de sa femme qui le dévisageait de ses prunelles élargies.
En voyant ses traits, la lumière du bonheur vacilla et s'éteignit dans l'âme d'Isabella comme elle venait de s'éteindre dans les yeux de Juan. L'épouse comprit alors que cette jeune femme lui avait arraché l'homme qu'elle aimait et qu'elle devait être en grande partie responsable de sa réclusion au prieuré de Gérone. L'aventurière se prépara à une joute verbale. Mais, il n'en fut rien car le capitaine baissa la tête en marmonnant:
:Mendoza: : Je ne me sens pas très bien.
Son ton était étouffé.
:Mendoza: : La tête me tourne. Avec ta permission, je vais aller m'allonger. On en reparlera plus tard...
Et sans attendre son congé, il tourna les talons et traversa la salle comme un somnambule. Isabella, envahie par le désespoir, le regarda sortir mais ses yeux étaient secs. Le Catalan gagna la chambre conjugale, se laissa tomber sur le lit et enfouit son visage dans un des gros oreillers... Sa figure était celle d'un homme qui savait que le feu qui le brûlait était un reflet de celui de l'enfer.
:Mendoza: : Seigneur, il ne fallait pas la mettre sur mon chemin, cette fille qui était la jeunesse, le charme, la chair en fleur... (Pensée).
Il se répétait ces mots en tournant dans son lit.
:Mendoza: : Elle était ma dernière chance... À mon âge, une rencontre pareille rend fou car je savais que Francesca partageait mon trouble, qu'elle avait été prise de vertige durant ces baisers. Je n'avais qu'un geste à faire. Maintenant qu'elle n'est plus, elle s'est logée dans ma tête, dans mon cœur, dans mon sang, comme un très doux poison. Je ne peux plus le rejeter sans rejeter ma vie. (Pensée).
L'air perdu, Juan tourna la tête et fixa le crucifix accroché au mur.
:Mendoza: : Vous qui nous avez créés et connaissez nos faiblesses. Dieu, prenez pitié de moi! Prenez pitié! Cette folie peut m'amener au pire! À cause d'elle, je serais capable de délaisser femme et enfants, de quitter Isabella, qu'en dépit de tout, je continue à aimer... (Pensée).
Il resta un long moment prostré, au bord du matelas. Il s'endormit en étant convaincu que, seul un miracle pourrait le sauver.
Quand Isabella vint le rejoindre, il n'avait pas bougé et paraissait somnoler. Elle s'approcha du grand corps étendu et se pencha sur lui.
:Laguerra: : Juan?
Il ne répondit pas.
:Laguerra: : Sans doute s'est-il endormi. C'est ce qu'il pouvait faire de mieux. Qu'il se repose. Un bon somme le remettra d'aplomb! (Pensée).
Elle sortit doucement de la pièce pour se rendre dans le jardin. Elle ne savait pas à ce moment-là que son mari venait de prendre une décision qui allait encore les séparer...

FIN.
:Laguerra: : AH! Comme on se retrouve!
:Mendoza: : Ma première leçon ne t'a pas SUFFIT?
:Laguerra: : Cette fois, tu ne t'en sortiras pas si FACILEMENT!

Avatar de l’utilisateur
Aurélien
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 451
Inscription : 06 mai 2017, 22:38
Localisation : Strasbourg
Genre :
Âge : 20
Statut : En ligne

Re: Chroniques Catalanes. Les lettres de mon marin.

Message par Aurélien » 25 juin 2019, 13:12

Encore un très beau passage marquant l'épilogue et la fin de cette péripétie ! 😍😍

Malgré un début treeeeees doux voir un peut trop quand même à mon goût ! Presque le sentiment d'avoir à faire à une autre série mais ayant les mêmes personnages en plus poussé ! On voit clairement que dans cette immen se accalmie la famille s'est énormément agrandi !

Mais la suite de l'histoire rattrape totalement le récit !! Avec des moment douloureux voir très sombre qui opèrent aux côtés de Mendoza lors de son voyage en Angleterre ! Des autres moment de tristesse, de déception qui est également très présent du côté d'Isabella et de ses enfants !

Sans parler du coups de grasse vers la fin ou on en voit plein les couleurs des actions, des combats mais aussi de vrai déchirement ainsi que ponctué dannectoctes plus intéressantes les une que les autres et de moment joyeux !

En concluant avec une fin complètement en accord avec les réalités de l'époque ! Mais qui contrairement au début n'est pas trop lourde !

Enfin bref un succulent mélange !
Les Mystérieuses Cités d'or

Die geheimnisvollen Städte des Goldes

The mysterious cities of gold

Las misteriosas ciudades de oro

As cidades misteriosas de ouro

Avatar de l’utilisateur
TEEGER59
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 2325
Inscription : 02 mai 2016, 14:53
Localisation : Valenciennes
Genre :
Âge : 41
Contact :
Statut : En ligne

Re: Chroniques Catalanes. Les lettres de mon marin.

Message par TEEGER59 » 25 juin 2019, 21:36

Merci beaucoup Aurélien.
:Laguerra: : AH! Comme on se retrouve!
:Mendoza: : Ma première leçon ne t'a pas SUFFIT?
:Laguerra: : Cette fois, tu ne t'en sortiras pas si FACILEMENT!

Avatar de l’utilisateur
Ra Mu
Gardienne du temple - Modératrice
Gardienne du temple - Modératrice
Messages : 1650
Inscription : 06 oct. 2013, 20:52
Genre :
Âge : 44
Statut : Hors-ligne

Re: Chroniques Catalanes. Les lettres de mon marin.

Message par Ra Mu » 25 juin 2019, 21:40

Elle ne savait pas à ce moment-là que son mari venait de prendre une décision qui allait encore les séparer...
Eeeeeet un tome 3, un! :D

Avatar de l’utilisateur
TEEGER59
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 2325
Inscription : 02 mai 2016, 14:53
Localisation : Valenciennes
Genre :
Âge : 41
Contact :
Statut : En ligne

Re: Chroniques Catalanes. Les lettres de mon marin.

Message par TEEGER59 » 25 juin 2019, 22:08

Parfaitement!
La suite aura pour titre "La Reconquista".
(Si je ne change pas d'avis d'ici-là).
:Laguerra: : AH! Comme on se retrouve!
:Mendoza: : Ma première leçon ne t'a pas SUFFIT?
:Laguerra: : Cette fois, tu ne t'en sortiras pas si FACILEMENT!

Avatar de l’utilisateur
Akaroizis
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 1273
Inscription : 24 sept. 2016, 12:25
Localisation : A bord de l'Esperanza, voguant aux cotés de Mendoza. Ou bien à Cachan, c'est bien aussi.
Genre :
Âge : 18
Contact :
Statut : Hors-ligne

Re: Chroniques Catalanes. Les lettres de mon marin.

Message par Akaroizis » 25 juin 2019, 22:32

Capricieux ce Juan, il gâche toujours tout. Vilain. :x-):

M'enfin dans l'absolu s'il nous permet de profiter d'un tome 3, je ne dis pas non... :P :roll:
Le présent, le plus important des temps. Profitons-en !

Saison 1 : 18.5/20
Saison 2 : 09/20
Saison 3 : 13.5/20


Ma présentation : viewtopic.php?f=7&t=80&p=75462#p75462

Avatar de l’utilisateur
yupanqui
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 1160
Inscription : 02 déc. 2012, 15:07
Localisation : Machu Pichu et Cuzco
Genre :
Âge : 47
Statut : Hors-ligne

Re: Chroniques Catalanes. Les lettres de mon marin.

Message par yupanqui » 25 juin 2019, 23:36

La remontada...
« On sera jamais séparés » :Zia: :-@ :Esteban:

Répondre