fanfic mco4 :D

C'est ici que les artistes (en herbe ou confirmés) peuvent présenter leurs compositions personnelles : images, musiques, figurines, etc.
Avatar du membre
zaza59
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 185
Enregistré le : 12 mars 2018, 16:23
Localisation : dans la nef avec Laguerra
Genre :
Âge : 15
Contact :
Statut : Hors ligne

Re: fanfic mco4 :D

Message par zaza59 » 01 nov. 2018, 18:32

nonoko a écrit :
01 nov. 2018, 15:55
C'est pas mal, amusant et rythmé, et on découvre des choses comme la poudre d'habla...bref le truc censé faire parler, c'est une de tes inventions ou ça sort de Harry Potter? On a aussi un aperçu de la gastronomie canadienne ;)
La poudre ne vient pas d'Harry potter, je l ai inventer en prenant le verbe hablar et j ai rajouté un truc au bout.
La vie est courte alors profites en !!!:D
:Laguerra: :Mendoza:
Suis tes rêves, ils te montrent le chemin

YouTube : Elisa cambrai59

Avatar du membre
Laguerout
Enfant du Soleil
Enfant du Soleil
Messages : 11
Enregistré le : 23 juil. 2018, 13:32
Genre :
Âge : 15
Statut : Hors ligne

Re: fanfic mco4 :D

Message par Laguerout » 17 déc. 2018, 18:00

Quand la suite va t-elle être publiée ?

Avatar du membre
zaza59
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 185
Enregistré le : 12 mars 2018, 16:23
Localisation : dans la nef avec Laguerra
Genre :
Âge : 15
Contact :
Statut : Hors ligne

Re: fanfic mco4 :D

Message par zaza59 » 20 janv. 2019, 12:26

Voilà une petite suite ! Bonne lecture ! :D

Chapitre 5

Les gardes se rapprochaient tandis que la lumière revenait peu à peu, le vent sifflait dans les sapins couverts de neige.
M- Faites décoller le condor !
Z- J’y vais !
M-Pour les autres pas de quartier !!!
Les soldats étaient peu armés, la lutte devenait un peu plus équilibrée. Le bruit des épées de Mendoza et Laguerra résonnait dans le froid et l’atmosphère électrique qui s’était installé. Esteban, Tao, Sancho et Pedro rusaient pour mettre hors d’état de nuire les gardes autour d’eux. Zia quand à elle avait discrètement contourné la bagarre et s’était introduite dans le condor. Elle s’installa au poste de commande et fit décoller l’immense oiseau en orichalque.
Gardes- Mais qu’est-ce que ? Par quel prodige ?
L- On fait quoi ?
M- On passe en force !! Les enfants ! Sancho ! Pedro ! Derrière nous !
Profitant de la confusion des soldats, ils se mirent à courir en direction du condor qui les attendait le bec grand ouvert. Mendoza et Laguerra renversaient quelques soldats sur leur passage mais un des gardes saisit Tao.
L- Montez je m’en occupe !!
Laguerra sortit son fouet et le fit tourner au-dessus d’elle quand on l’entendit claquer dans l’air froid et s’enrouler autour de la cheville du garde. Elle tira un grand coup et le soldat perdit l’équilibre pour finir par tomber sur le sol en lâchant le jeune nacal. Tao courut le plus vite possible et grimpa dans le condor, Laguerra fermant la marche.
E- On a eu chaud, heureusement que le soleil c’est levé.
M- Ce n’est pas le soleil Esteban, il doit être une ou deux heures du matin…
S/T- Regardez le ciel !!!
Z- Waouh c’est magnifique, mais qu’est-ce que c’est ?
M- C’est une aurore boréale, pose toi Zia, ça va vite se dissiper.
aurore boréale .jpg
La jeune Inca fit donc atterrir le condor non loin de là où ils s’étaient échappés.
E- C’est beau toutes ces couleurs.
M- Une fois l’aurore dissipé il faudra peut-être que vous pensiez à dormir les enfants.
E- Mais on n’est pas fatigué hein Tao ?...Tao ?
Z- Je crois qu’on l’a perdu, il a l’air de dormir a point fermé.
L- Sancho et Pedro aussi.
M- Et je sens qu’on ne va pas à te perdre.
L- C’est pas faut mais je crois qu’on a tous besoin de dormir.
Z- On peut attendre que l’aurore boréale se soit dissipée ?
L- Bien sûr, ce n’est pas tous les jours que l’on peut voir ça.
Les élus étaient assis dans les sièges du poste de pilotage tandis que Mendoza et Laguerra étaient l’un contre l’autre derrière les enfants. Le lendemain, nos héros reprenaient la route vers le Groenland.
T- On arrivera dans combien de temps à ton avis Mendoza ?
M- Je dirais d’ici 3 ou 4 jours, le soleil se couche plus tôt ici.
Z- Qu’est-ce qu’on fera une fois là-bas ? On n’a aucune piste…
E- C’est vrai mais rappelle-toi pour la première cité, nous n’avions pas souvent d’indice non plus…
T- Oui, on ira demander aux habitants s’ils ont entendu parler d’une cité d’or dans le coin.
S/P- A nous les cités d’or !!!
Tous se mirent à rire. Leur première escale fut sur l’île de Melville, la seconde sur l’île d’Ellesmere pour enfin arriver dans la ville de Qaanaaq (Thulé).
carte groenland.png
Une fois le condor atterrit, tous enfilèrent les vêtements que leurs avaient donné Gabriel et Marie. Un paysan avait vu le condor atterrir et était parti avertir le reste du village, l’ensemble des villageois se tenait en embuscade pour attaquer ces mystérieuses personnes volantes. Nos héros passèrent juste devant eux quand ils entendirent les cris des villageois.
M-Fuyez et retournez au condor les enfants !!
Mais c’était déjà trop tard, ils étaient encerclés. Un homme d’un certain âge s’avança et pris la parole.
Homme- Que faites-vous ici ? Et par quel démon pouvez-vous voler ?
M- Nous ne voulons pas nous battre, nous venons en paix.
Homme- Et cet oiseau d’or ?
T- C’est l’héritage du savoir de mes ancêtres, le peule Mu.
Pi- Souviens-toi du peuple de Mu !!!
Homme- Et cette femme ? Pourquoi est-elle armée ?
L- Il faut bien savoir se défendre, c’est toujours plus utile que de ne rien faire.
Homme- Bien, puisse que vous avez l’air de bonne foi, venez donc au village. Nous avons préparés un immense repas pour la fête.
Z/E/T- Une fête ?
Un petit garçon- Oui, la fête du village. A l’occasion on mange, on danse, on chante et les anciens racontent toutes sortes de légendes du pays. Oh papy, tu leur raconteras l’histoire de la grotte avec la pierre magique ?
Homme- Si ça peut te faire plaisir Mik.
Nos héros suivirent alors les habitants jusqu’à leur village. Sur le chemin un jeune homme parlait à Laguerra pendant que Mendoza était avec les enfants, il s’en aperçut et s’approche d’eux.
M- Que l’on soit clair, tu te détaches très vite de MA petite amie sinon tu finiras comme un piquet dans la neige. Est-ce que c’est clair ?
Jeune homme- Oui monsieur, je ne savais pas que c’était votre femme, je n’ai pas vu d’alliance comme elle porte des gants.
L- Tu ne serais pas un peu jaloux toi par hasard ?
M- Ca veut dire que je t’aime et que je compte bien t’aimer encore longtemps.
L- Redis-moi cette réponse quand tu veux Juan.
Il lui sourit et la prit dans ses bras. Les enfants quand à eux, s’amuser à lancer des boules de neige sur Pedro et Sancho avec leur nouvel ami.
Mik- Après il y aura ma grande sœur Naya, elle a à peu près votre âge.
Arrivé au village, deux femmes étaient là pour les accueillir. La plus jeune était habillait d’une longue robe épaisse bleu et la plus âgée portait une robe plus coute grise avec des collants gris.
Femme 1- Bonjour je suis Nicki, voici ma mère Ninetta et ma fille Naya ne va pas tarder à arriver.
E- Bonjour, je suis Esteban, elle s’est Zia, lui Tao et voici Mendoza, Laguerra, Sancho, Pedro et Pichu.
Pi- Bonjour !!!
L- Merci de nous accueillir dans votre village.
?- Nicki ! Nicki !
Nicki- Que se passe-t-il Mikal ?
Ninetta- Voici le chef du village et mari de Nicki.
Mikal- La petite ne va pas bien du tout, elle est dans son lit, elle tremble et elle est gelée.
Nicki- Quoi ?!! J’arrive, excusez-moi.
Ninetta- C’est horrible, ça fait 2 jours que la petite Naya souffre mais personne ne sait ce qu’elle a…
La vielle dame se mit à pleurer. Un homme la prit dans ses bras.
Homme- Ne t’en fais pas Ninetta, Naya va s’en sortir. C’est notre petite fille, tu sais bien qu’elle est très forte.
Ninetta- Je sais Malakias mais ça fais 2 jours qu’elle n’a ni mangé ni bougé.
Z- Puis-je la voir s’il vous plaît ?
T- Oui tu peux surement faire quelque chose avec tes plantes.
Malakias- Ça vaut le coup d’essayer, vient petite. Ancker, je te laisse les installer.
Zia parti avec eux tandis que les autres suivirent Ancker.
Ancker- Combien de temps souhaitez-vous rester ?
L- On ne sait pas mais nous n’allons pas rester très longtemps.
Ancker- C’est dommage j’aurais adoré vous connaitre plus.
M- T’as toujours pas compris ce que je t’ai dis toi ?!!
Ancker- Désolé monsieur mais ce n’ai pas ma faute si votre amie est ravissante.
M- Ne vous inquiétez pas ça je le savais déjà.
Ancker- Vous ne mettez jamais de robe ?
L- Non c’est très rare.
Ancker- Dommage je suis sûr que ça vous irait très bien, voici votre chambre. Enlevez vos gros vêtements, il fait très chaud dans la salle principale.
L- Très bien, merci.
Isabella fermait la porte et se tourna vers Mendoza.
L- T’es prêt Juan? Parce que sa risque d’être ça toute la soirée.
M- Il n’a pas intérêt !
L- J’adore quand t’es comme ça.
Elle s’approcha de lui et mit ses bras autours de son cou pour l’embrasser tendrement. Mendoza avait les bras autours de sa taille et la serrait doucement.
Zia était au chevet de la jeune Naya et l’examinait minutieusement, elle trouva comme une piqure sous son pied.
Z- Qu’y a-t-il comme animaux venimeux ici ?
Mikal- Il y a quelques mois, nous avons repéré un trou rempli de mygale, nous les avons chassées.
Z- Alors dans ce cas votre fille s’est fait piqué, auriez-vous un bol s’il vous plaît ?
Nicki- Bien sûr, je vais te chercher ça.
Mik avais fait visiter le village à ses nouveaux amis et ils retrouvèrent Sancho et Pedro dans une grande salle. Les murs étaient peints d’un bleu très foncé sur lequel des dessins bleu pâle semblaient racontés une histoire.
T- Esteban, regarde sur le mur ! Le gros truc au bout, on dirait la même stèle que celle en Australie !
E- C’est vrai tu as raison ! Mik, que représente ce grand truc là ?
Mik- Les anciens l’appellent la stèle légendaire mais papy vous la racontera ce soir.
Zia avait fini l’antidote et l’appliquait sur le pied de la jeune fille.
Z- Ne t’en fais pas, ça va aller Naya.
Nicki- Il faut combien de temps pour que le remède agisse ?
Z- Je dirais une bonne heure, l’antidote est puissant mais agit plus lentement.
Mikal- Comment pourrait on te remercier ? Ce que tu viens de faire est juste exceptionnel !
Z- Vous savez je n’ai fait que lui appliquer une pommade de mon pays.
Nicki- Et d’où viens-tu Zia ?
Z- Je viens d’Amérique du Sud, du village de Puna.
Nicki- Les autres aussi ?
Z- Non Esteban, Mendoza, Laguerra, Sancho et Pedro sont espagnols et Tao viens des îles Galapagos.
Nicki- Très bien, viens on va rejoindre tes amis pendant que Naya se repose.
Arrivé dans la grande salle les trois garçons coururent vers elles.
Mik- Tu as réussi ?
Z- Oui, il faut juste que ta sœur se repose un peu.
Mik- Waouh ! T’es trop forte ! Merci !
Z- De rien Mik, alors qu’est-ce que j’ai loupé ?
T- Ce soir on va surement savoir où se trouve la dernière stèle !
E- Oui Malakias va nous raconter leur légende sur la stèle.
Z- Ca veut dire que dès demain on va pouvoir partir à la recherche de la cité ? C’est trop bien.
Mendoza et Laguerra se rapprochaient de la salle quand Isabella sentit quelque chose briller dans la doublure de son pantalon. Elle regarda vite fait quand sa tête se décomposa.
M- Ca ne va pas Isa ?
L- Non là on est très très mal. Regarde, tu vois comme ce petit truc brille, et ben ça veut dire que la pyramide de Mu n’est pas loin.
M- Il faut prévenir les enfants et partir le plus vite possible.
Ils coururent jusqu’à la salle.
M- Les enfants il faut partir au plus vite ! Zarès arrive !
E/T/Z- Quoi ?
Sancho et Pedro qui étaient déjà en train de manger se retournèrent brusquement.
L- Il faut qu’on parte les enfants ! On reviendra mais là il faut y aller !
Malakias- Je vais d’abord vous dire tous ce que je sais sur la stèle qui vous intriguez les enfants. Elle se trouve derrière la cascade un peu plus au Nord du village, dans la grande forêt mais nous n’avons jamais réussi à passer derrière le grand mur, il est incassable.
E- Merci Malakias, nous reviendrons quand nous aurons découvert la stèle.
Mikal- Que les dieux vous protège.
Après de bref au revoir nos héros couraient le plus vite possible pour arriver au condor.
S/P- Regardez la nef là-bas !
M- Aller Esteban dépêche-toi de décoller !
E- Oui capitaine ! On va leur tendre un piège, Laguerra vous vous sentez de monter sur l’aile du condor et de jeter le pendentif ?
L- Bien sûr ! Ca va Mendoza ? T’as pas l’aire bien.
M- Alors juste le fait de t’imaginer sur l’aile du condor avec Zarès qui va surement te viser avec ses canons me rend malade.
L- T’inquiète pas pour moi ça va le faire. Tu n’auras qu’à fermer les yeux.
La vie est courte alors profites en !!!:D
:Laguerra: :Mendoza:
Suis tes rêves, ils te montrent le chemin

YouTube : Elisa cambrai59

Avatar du membre
Xia
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 1597
Enregistré le : 03 déc. 2016, 14:53
Localisation : Quelque part dans l'Univers avec Athanaos et Mendoza
Genre :
Âge : 26
Statut : Hors ligne

Re: fanfic mco4 :D

Message par Xia » 20 janv. 2019, 13:16

Vous demandez un indice ? En voici en voilà 8)
J'adhère toujours autant !
Petites coquilles :
Z- Je crois qu’on l’a perdu, il a l’air de dormir a point fermé. :arrow: Il a l'air de dormir à poings fermés.
M- Et je sens qu’on ne va pas tardé ? à te perdre.
L- C’est pas faut mais je crois qu’on a tous besoin de dormir. :arrow: C'est pas faux
Une fois le condor atterrit :arrow: Un fois le condor atterri
T- Oui tu peux surement faire quelque chose avec tes plantes. :arrow: Sûrement
M- T’as toujours pas compris ce que je t’ai dis toi ?!! :arrow: Ce que je t'ai dit toi ( :x-): :x-): :x-): )
Mikal- Il y a quelques mois, nous avons repéré un trou rempli de mygale, nous les avons chassées. :arrow: De mygales
Z- Alors dans ce cas votre fille s’est fait piqué, auriez-vous un bol s’il vous plaît ? :arrow: Votre fille s'est fait piquée
Les murs étaient peints d’un bleu très foncé sur lequel des dessins bleu pâle semblaient racontés une histoire. :arrow: Sur lesquels
Mikal- Que les dieux vous protège. :arrow: Que les dieux vous protègent.
L- Bien sûr ! Ca va Mendoza ? T’as pas l’aire bien. :arrow: T'as pas l'air bien.
La terre n’appartient pas à l’homme, c’est l’homme qui appartient à la terre (proverbe amérindien)

Ma fanfic sur la préquelle des Mystérieuses Cités d'or, c'est par ici

MCO 1 : 20/20
MCO 2 : 14/20
MCO 3 : 15/20
MCO 4 : … /20

Avatar du membre
TEEGER59
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 2433
Enregistré le : 02 mai 2016, 14:53
Localisation : Valenciennes
Genre :
Âge : 41
Contact :
Statut : Hors ligne

Re: fanfic mco4 :D

Message par TEEGER59 » 20 janv. 2019, 14:54

Xia a écrit :
20 janv. 2019, 13:16
Les murs étaient peints d’un bleu très foncé sur lequel des dessins bleu pâle semblaient racontés une histoire.
:arrow: Sur lesquels :arrow: des dessins bleu pâle semblaient raconter une histoire.
:Laguerra: : AH! Comme on se retrouve!
:Mendoza: : Ma première leçon ne t'a pas SUFFIT?
:Laguerra: : Cette fois, tu ne t'en sortiras pas si FACILEMENT!

Avatar du membre
zaza59
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 185
Enregistré le : 12 mars 2018, 16:23
Localisation : dans la nef avec Laguerra
Genre :
Âge : 15
Contact :
Statut : Hors ligne

Re: fanfic mco4 :D

Message par zaza59 » 20 janv. 2019, 18:27

Ah oui ouppsi :oops: :lol: 😂😅
La vie est courte alors profites en !!!:D
:Laguerra: :Mendoza:
Suis tes rêves, ils te montrent le chemin

YouTube : Elisa cambrai59

Avatar du membre
zaza59
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 185
Enregistré le : 12 mars 2018, 16:23
Localisation : dans la nef avec Laguerra
Genre :
Âge : 15
Contact :
Statut : Hors ligne

Re: fanfic mco4 :D

Message par zaza59 » 27 janv. 2019, 16:23

Chapitre 6

Esteban ouvrit le cockpit tandis que Laguerra se préparait à y aller. Une fois sur l’aile elle se leva et brandit le pendentif. Sur la Nef Ambrosius essayait d’identifier l’objet qu’elle tenait dans ses mains.
Go- C’est une chaîne avec un pendentif qui émet de la lumière bleu.
Am- La partit du dessus de la pyramide de Mu ?! Il ne faut pas qu’elle le lâche !!
G- Bas pourquoi ? Ce n’est qu’un pendentif.
Am- Si elle le jette nous ne pourrons plus les suivre et cette partie est importante pour compléter la pyramide de Mu.
Go- Et, Laguerra n’a pas conscience de la valeur de se médaillon ?
Am- Non, son père possédait uniquement la pyramide.
G- Si on négociait avec eux ?
Am- Et contre quoi ?
Go- Laissez le faire, si il a cette idée c’est qu’il est sûr de lui. N’est-ce pas Gaspard.
G- Bas, pas tellement mais je vais trouver.
Am- Si vous faites la moindre connerie, j’interviendrais avec l’exosquelette.
Go- Très bien alors allons-y.
Du côté du condor.
E- Qu’est-ce qu’on fait maintenant ?
M- On suit ce qu’a dit Isabella, de toute façon on ne peut plus reculer.
Z- J’ai peur que ça n’aille pas dans notre sens Mendoza.
M- Faites-lui confiance les enfants…
T- Je ne sais pas ce qu’elle a en tête mais j’espère que ça vaut le coup…
La nef s’approcha de l’oiseau d’or.
G- Ne faites pas ça señorita ! Nous sommes prêts à négocier !
L- Très bien, vous m’apportez la pyramide de Mu et je retourne avec vous. Es-tu d’accord Zarès ?
Za- C’est intéressant mais as-tu des indices ?
L- Oui !
Za- Alors c’est d’accord, viens la chercher.
Laguerra s’approcha d’eux et pris la pyramide, elle fit demi-tour pour la donner à Sancho. En repartant vers la Nef la jeune femme tandis légèrement le bras en arrière.
M- Maintenant !!!!
Esteban mis la gomme tandis que Laguerra sauta vers le cockpit mais la jeune femme avait trop avancé. Le condor allait si vite qu’elle ne pourrait pas s’attacher à l’aile. D’un bond, Mendoza saisit son bras et la tira vers lui. La jeune femme était suspendue au-dessus du vide retenu par Mendoza qui la remontait doucement. Une fois le buste au-dessus de la cabine, elle s’y agrippa pour se faire plus légère ; elle était enfin remontée, saine et sauve.
Z- Vous n’avez rien ? On a eu tellement peur.
L- Ca va, plus de peur que de mal, maos heureusement que tu étais là Juan. Je ne sais pas ce qui se serait passé sans t.. Juan ?
M- Ca…ça va, je viens juste que voir ma vie défiler devant moi alors promets-moi que plus jamais tu ne referas un truc pareil !!
L- Oui c’est promis, uniquement en cas d’urgence…
M- Non ! En cas de rien du tout !
L- Ok…ok si tu veux.
E- En tout cas on a eu sacrément peur.
S/P- Oui c’est vrai, faut plus nous faire des frayeurs comme ça…
T- C’est bon je crois qu’elle a compris !
L- Merci Tao, alors heureux ? Ca y est on l’a la pyramide.
T- Oui c’est juste génial, il n’y a pas de mot !
L- Tant mieux alors, où va-t-on maintenant ?
M- Jusqu’à la forêt et on fera le reste à pied.
S/P- A pied ! Oh…
Ils se mirent à rire. Pendant ce temps dans la Nef.
Za- Arg.. ! Ce n’est pas possible, mais qui m’a foutus de pareils empotés !!
Go- Je n’ai rien fait !
Za- C’est bien ce que l’on vous reproche !
G- Nous…nous sommes désolés señor Zarès, nous nous rattraperons…
Za- Vous avez intérêt compris ?! Sinon…
G- Oui oui oui, on a compris…
Go- Comment va-t-on les retrouver ? Nous ne savons pas où ils sont partis.
Za- Peut-être mais moi je sais ce qu’ils sont venus chercher ici, la stèle de la lune. Son père y était allé il y a des années.
Go- Alors ne perdons pas de temps !
En attendant, nos héros étaient déjà arrivés dans la forêt.
E- Bon, on a plus qu’à trouver cette cascade.
T- Oui, mais faut-il encore la trouver…
L- Ne t’inquiète pas Tao, pour le coup je vais savoir vous y conduire. Par contre je ne sais pas comment on ouvre le mur…
Z- Comment connaissez-vous la route ?
L- Mon père l’a déjà visité avec Atanaos il y a des années, et mon père, m’avait dit que si j’arrivais jusque-là, nos chemins se recroiseraient.
M- Zarès doit le savoir aussi alors il n’y a pas une minute à perdre.
Laguerra guida ses amis à travers la forêt jusqu’à une petite cascade où elle s’arrêta.
L-Voilà, c’est ici. Cette forêt ressemble tellement à celle dans laquelle j’ai grandi.
E- Qu’est-ce qu’on attend ? Vous voulez voir Zarès arriver ou quoi ?
M- On arrive Esteban.
T- C’est bien jolie tout ça mais comment on passe ?
L- Suivez-moi, il y a un petit passage par là.
Elle avait raison, il y avait une faille entre deux rochers. Les enfants s’y glissèrent facilement ainsi que Laguerra, Mendoza et Pedro mais Sancho n’y parvenait pas. Il rentra son ventre et retint sa respiration tandis que Mendoza et Pedro se poussaient derrière. Le marin chuta aux pieds des enfants. Une fois ce passage passé, ils marchèrent jusqu’à arriver face à un immense mur.
Z- Bon, comment on fait maintenant ?
E- Il doit bien y avoir une entrée et sinon il doit nous rester un peu de poudre non ?
M- La poudre risque de détruire la cascade et nous avec.
T- Mes ancêtres, enfin nos ancêtres Zia ont forcément cachés un mécanisme dans ce mur, ça n’aurait aucun sens si on ne pouvait pas passer.
L- Tu as raison alors cherchons.
Au bout d’une grosse demi-heure, Esteban vit une petite encoche au bas du mur.
E- Regardez ! Cette encoche-là, elle a la même forme que nos médaillons.
L- Regarde si il y a la même de l’autre côté Zia.
L’enfant se précipita de l’autre côté.
Z- Oui ! Il y a bien une encoche ici.
T- Mettez vos médaillons à trois ! Un…Deux…Trois !
Le mur qui, depuis le début s’était montré comme indestructible se mit soudain à trembler et un passage s’ouvrit en même temps que les médaillons s’enfonçaient dans la roche.
M- Dépêchons-nous avant que Zarès et ses deux bouffons n’arrivent.
Et Mendoza avait raison car Zarès, Gaspard et Gomez venaient de découvrir le passage. Le mur c’était refermé et nos héros entendirent la grotte trembler car Zarès étant trop imposant pour passer fut obligé de faire un passage en force.
Z- Laguerra ! Je sais que tu es derrière ce mur ! Ton père t’avait déjà tout expliqué ! Ne fais pas l’enfant et coopère si tu veux que les enfants sortent sans égratignure !
L- Jamais Zarès ! Autant faire confiance à un olmèque !
Z- Dans ce cas tu ne me laisses pas le choix, je vais exploser ce mur et tous vous tuer !
L- Tentes toujours !
La jeune femme se mit à rire.
L- Ne vous inquiétez pas, ce mur est protéger par un sort.
T- Comment savez-vous tout ça ?
L- Ca mon grand tu le découvriras avec le temps, désolé.
Z- Vous êtes très mystérieuse señorita, quand le saurons-nous ?
L- Bientôt Zia, bientôt…
La jeune femme regarda Mendoza, son visage avait changé, il était grave et elle semblait préoccupée.
E- Voilà la stèle !
Les enfants se précipitèrent vers elle et se mirent à l’observer.
E- Comment va-t-on faire ? Nos médaillons sont rentrés dans la roche.
L- Le mécanisme doit être fait pour que les médaillons reviennent ici. Ce ne serait pas logique sinon…
Z- Regarde là Esteban. Nos médaillons !
T- Ne perdons pas de temps, le mur a beau être indestructible, je ne suis pas rassuré pour autant.
Esteban et Zia prirent leur médaillon et le placèrent dans la fente. La stèle se mit soudain à trembler.
Z- Ça marche !
Un trou apparut soudain au pied de la stèle, un parchemin y était tombé.
T- On va enfin savoir où se trouve la cinquième cité !
E- Oui.
De l’autre côté du mur, Zarès essayait de briser le mur mais il n’y avait même pas une griffe.
Za- Tant pis, Gomez ! Amenez-moi la poudre !
Go- Mais tout risque de s’effondrer.
Za- Ne vous inquiétez pas j’ai tout prévu.
Go- Très bien, la voici.
Zarès la plaça à côté du mur puis ils sortirent de la grotte. L’explosion ne toucha pas le mur mais la grotte se mit à trembler.
T- qu’est ce qui se passe ?!
M- Zarès a dut essayer de faire sauter le mur ! Fuyons !
E- Mais comment ? Zarès nous attend surement dehors.
L- Il y a une autre sortie, suivez-moi !
Elle les entraina à l’autre bout de la grotte en emportant le parchemin. Elle s’arrêta net devant la sortie.
E- Qu’est-ce que vous faites ?
L- Ne vous occupez pas de moi, partez et on se rejoindra à la cité d’accord.
M- Mais c’est absurde, comment trouveras-tu la cité ?
L- Ca c’est mon affaire, ne vous en faites pas.
E- Et comment vous allez faire avec Zarès ?
L- Oh lui c’est une affaire personnelle Esteban. Allez, partez avant que tous ne s’effondre.
Z- Bon courage alors…
L- Merci Zia, voici le parchemin. Bonne route.
Mendoza embrassa la jeune femme avant de partir avec les enfants, Sancho et Pedro. Laguerra quand à elle, partit dans le sens opposé et remontait vers L’endroit où Zarès était cacher avec ses deux acolytes. Zarès la vit passer en courant.
Za- Rattrapez-la et ne la loupez pas !
G- Bien señor Zarès.
Les deux hommes sortirent et se mirent à courir derrière elle.
L- He bien, je croyais que j’aurais affaire à un bon adversaire pour une fois.
Elle s’arrêta et se tourna face à eux.
Go- Fuir ne vous servirez à rein señorita ! Jetez vos armes et rendez-vous !
Elle explosa de rire.
Go- Qui a-t-il de si drôle ?
L- Vous me faites penser à des enfants de cinq ans ! Je vais faire comme avec les tous petits, si vous voulez m’avoir, essayez donc de m’attraper !
Go- Moi ? Un enfant de cinq ans ? Pas de quartier Gaspard ! Je veux avoir l’honneur de la tuer !
Ils s’élancèrent derrière elle mais elle avait disparu.
G- Où est-elle passée ? Elle était pourtant partie par là.
Go- Cherchons, elle ne doit pas être très loin !
En effet, elle n’était pas très loin. La cascade était un abri idéal, elle se dépêcha de sortir un artefact qu’elle fit glisser dans le mur. Un passage se déroba alors et elle s’empressa de récupérer la petite statuette et de descendre dans le passage. Les deux hommes arrivèrent sous la cascade mais ne trouvèrent personne.
Go- Ce n’est pas possible ! Elle n’a pas pu disparaître comme ça !
Za- Alors, où est-elle ?
G- Elle a disparu.
Za- Comment ça elle a disparu ?
Go- Nous la suivions quand elle s’est comme évaporé.
Za- Ce n’est pas possible, seule sa mère aurait pu. Ou…non ça ne peut pas être possible.
G- De quoi ?
Za- La mère de Laguerra avait un rapport avec les cités d’or, c’est pour ça que je l’ai tué. Mais je n’ai jamais récupéré la petite plaque qu’avait sa mère.
Go- Et… elle n’aurait jamais pu la récupéré ?
Za- Non, il n’y a que son père qui savait où était cette plaque.
Go- A quoi ressemble cette plaque ?
Za- A une broche mais elle n’a que deux bran…
Go- Qu’est-ce qu’il y a ?
Za- La broche de Laguerra ! C’est la même forme !
Les enfants, Mendoza, Sancho et Pedro arrivaient au condor.
E- On fait quoi maintenant ?
M- On suit la carte…
Z- Mais et Laguerra ?
M- Elle nous rejoindra là-bas. Il faut lui faire confiance.
E- Si tu le dis, où doit-on aller du coup ?
M- Encore plus au Nord, dans la banquise. Nous trouverons l’endroit où atterrir car il y a un grand glacier en forme de C.
E- Alors allons-y.
La vie est courte alors profites en !!!:D
:Laguerra: :Mendoza:
Suis tes rêves, ils te montrent le chemin

YouTube : Elisa cambrai59

Avatar du membre
zaza59
Guerrier Maya
Guerrier Maya
Messages : 185
Enregistré le : 12 mars 2018, 16:23
Localisation : dans la nef avec Laguerra
Genre :
Âge : 15
Contact :
Statut : Hors ligne

Re: fanfic mco4 :D

Message par zaza59 » 08 févr. 2019, 20:34

Voilà une petite suite, bonne lecture!!!

Chapitre 7

Le condor volait depuis plusieurs jours, scrutant la banquise à la recherche de ce fameux rocher en C.
T- Pffff, ça fait 3 jours que nous survolons la banquise et toujours rien ! Tu es sûr que l’on est dans la bonne direction Mendoza ?
M- Pour la troisième fois aujourd’hui Je suis sûr que nous volons vers le Nord.
P- Fait lui confiance Tao, Mendoza a une boussole dans la tête.
Z- Oui il faut que tu sois patient.
E- Mendoza ?
M- Oui Esteban.
E- Tu sais pourquoi Laguerra est parti ?
M- Non mais si elle l’a fait c’est que c’était mieux pour nous.
E- Et elle ne t’a rien laissé ?
M- Non après je n’ai pas été fouillé dans ces coffres.
Z- Regardez là !
S- C’est…c’est le…le…le ro…ro…rocher ?
T- Oui ! Nous touchons au but !
M- Tu vois Tao, il fallait juste être patient. Pose toi Esteban, il va bientôt faire nuit.
E- Déjà !?
M- Oui, plus tu te rapproches des pôles et plus la nuit tombe vite.
Esteban posa le condor à quelques mètres du rocher. Après un bon repas, les enfants, Sancho et Pedro partirent se coucher tandis que Mendoza entreprit de lire le livre que Laguerra avez déposé sur la table de chevet. Il s’aperçut que ce n’était pas un livre mais un album avec des dessins qui retraçait la vie de la jeune femme. Il s’arrêta sur un dessin qui la fit sourire, il voyait la jeune femme lorsqu’elle devait avoir à peine 8 ans.

Merci TEEGER59
Merci TEEGER59
laguerra enfant.png (290.3 Kio) Vu 1190 fois

Un autre dessin le fit s’arrêter brusquement. Il voyait Laguerra tenant un bébé dans ces bras.
M- Ce bébé, non ça ne peut pas être lui. (Pensée)
Il reposa le livre et s’allongea. Le lendemain, les enfants étaient sur le pied de guerre. Ils sortirent et arrivèrent devant le rocher puis cherchèrent l’entrée.
T- Pourquoi c’est toujours un casse-tête de chercher les entrées ? (Pensée)
E- Regardez ! Il y a des écritures ici.
Tao s’agenouilla pour lire le message.
T- L’entrée se trouve où vous ne pouvez pas chercher.
P- C’est tout ?
T- Oui…
Z- Où est-ce que l’on ne peut pas chercher ? Mais on peut chercher partout.
M- C’est vrai que ce n’est pas très clair…
Au bout de quelques minutes, Esteban qui s’était assis se leva d’un bond.
E- Je sais ! Le seul endroit où l’on ne peut pas chercher c’est en haut du C !
Z- Mais oui ! Même si nous arrivions jusqu’au bas du C, il faudrait encore se hisser là-haut sans glisser sur la glace.
M- Allez-y les enfants, on va vous faire la courte échelle.
Une fois les enfants sur le dessus du bloc, ils essayèrent de monter jusqu’en haut mais ils glissaient à chaque fois.
P/S- Mendoza ! De…de…derrière nous !
Un ours polaire était derrière eux et prêt à les attaquer.
M- Montez ! On ne va pas risquer de blesser cette bête.
P- Bas pourquoi ?
M- Parce qu’ici les habitants éloignent les ours polaire mais ne les tue pas.
Mendoza aida Sancho à monter sur le bloc tandis que Pedro et Tao avait pris Esteban et Zia sur leurs épaules pour qu’ils atteignent le haut du signe.
E- Là ! Des encoches pour les médaillons.
Z- Allons-y !
Une fois les médaillons dans leurs encoches respectives, le C tourna d’un quart de tour, menaçant de faire tomber Mendoza et Sancho. Avec la lumière du soleil, la base du signe avait comme fondue en quelques secondes et le C Tomba de façon à faire une arche. Un passage se déroba soudain devant les pieds des élus.
T- Ca y est, on y est enfin ! La cinquième cité !
E- Alors ne perdons pas de temps, allons-y !
Ils descendirent les escaliers en courant pour arriver dans un long couloir en orichalque. Ils marchèrent pendant un long moment quand ils débouchèrent devant la cité.
Z- On connaissait la cité sous la mer et maintenant une cité sous la terre.
?- Bravo les enfants, vous êtes arrivé jusqu’à la cinquième cité.
E- P…papa ? Laguerra ? Mais…
Athanaos- Je comprends ton étonnement Esteban, Isabella et moi partageons se secret depuis qu’elle est née, mais elle ignorait jusqu’à votre rencontre en Inde que les élus était vous.
L- Oui, et tout particulièrement quand j’ai su que tu étais un des élus Esteban.
E- Pourquoi moi ?
Athanaos- Je suis le parrain d’Isabella et donc tu es sin cousins. Elle te montrera une photo où elle t’a dans ses bras.
Esteban était bouche bée et ne savait plus quoi dire. Cela lui paraissait impossible et pourtant il en avait la preuve orale pas son père.
E- Mais…pourquoi ne pas me l’avoir dit plus tôt ?
L- Avec Ambrosius qui me commandait ça aurait été compliqué de te le dire et puis je voulais qu’Athanaos te l’annonce.
Le jeune garçon se jeta dans les bras de son père et de sa cousine.
E- Et si tu nous faisais visiter la cité ?
L- Allez, c’est parti !
T- Mais comment avez-vous fait pour arriver jusqu’ici sans les médaillons ?
Athanaos- La mère de Laguerra est l’ancienne gardienne de cette cité. A sa mort, Laguerra a été chargé de prendre sa place quand le moment viendrait.
E- Mais tu vas rester ici ?
L- Non, je vais fermer la cité à tout jamais puis je repartirais avec vous…enfin, si vous êtes toujours d’accord.
E- Quelle question, bien sûr que tu repars avec nous !
L- Allez, ne perdez pas de temps et explorez cette nouvelle cité d’or.
Ils étaient face à une cité encore plus grande que les précédentes, des statues des sages de Mu et d’Atlantide étaient présente au centre de celle-ci. Les murs de l’allée centrale étaient ornés de fresque représentant les étapes de la vie et les autres de gravures.
Z- C’est magnifique.
E- Oui. Et est-ce quel secret renferme cette cité ?
L- Ha ha, vous allez voir, c’est dans la tour là-bas.
Laguerra désignait une immense tour en face d’eux. Les enfants se mirent à courir jusqu’à celle-ci. Une fois devant, les enfants entendirent la voix de la jeune femme leur disant que ce qu’ils cherchaient se trouver au dernier étage. Ils gravirent les nombreux escaliers trois par trois avant d’arriver essoufflés devant une porte massive.
T- Bon, on y va ?
E- Oui, prête Zia ?
Z- Toujours !
Les deux élus ouvrir les portes et entrèrent dans l’immense pièce.
T- C’est quoi se coffre sur la table du milieu ?
Z- Je ne sais pas.
E- Le seul moyen de le savoir c’est de l’ouvrir !
Le jeune garçon ouvrit le coffre sous l’œil attentif de ses deux amis.
E/T/Z- Oh !!!
La vie est courte alors profites en !!!:D
:Laguerra: :Mendoza:
Suis tes rêves, ils te montrent le chemin

YouTube : Elisa cambrai59

Avatar du membre
TEEGER59
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 2433
Enregistré le : 02 mai 2016, 14:53
Localisation : Valenciennes
Genre :
Âge : 41
Contact :
Statut : Hors ligne

Re: fanfic mco4 :D

Message par TEEGER59 » 08 févr. 2019, 21:00

zaza59 a écrit :
08 févr. 2019, 20:34
M- Oui, plus tu te rapproches des pôles et plus la nuit tombe vite.
Ça dépend de la saison!
https://fr.wikipedia.org/wiki/Jour_polaire

Pour la photo, je t'en prie! Il n'y a pas de quoi!
zaza59 a écrit :
08 févr. 2019, 20:34
Athanaos- Je comprends ton étonnement Esteban, Isabella et moi partageons ce secret depuis qu’elle est née, mais elle ignorait jusqu’à votre rencontre en Inde que vous étiez les élus.
...
Athanaos- Je suis le parrain d’Isabella et donc tu es son cousins. (Pas de "s"). Elle te montrera une photo :shock: où elle t’a dans ses bras.
Une photo? Une peinture ou une esquisse tu veux dire! La première image fixant la lumière date de 1826 ou 1827, soit trois siècles plus tard... À moins que notre petit génie de naacal en soit l'inventeur! ;)
https://fr.wikipedia.org/wiki/Histoire_ ... otographie
C'est pas mal, cependant l'action va trop vite à mon goût.
Modifié en dernier par TEEGER59 le 08 févr. 2019, 22:19, modifié 1 fois.
:Laguerra: : AH! Comme on se retrouve!
:Mendoza: : Ma première leçon ne t'a pas SUFFIT?
:Laguerra: : Cette fois, tu ne t'en sortiras pas si FACILEMENT!

Avatar du membre
yupanqui
Grand Condor
Grand Condor
Messages : 1242
Enregistré le : 02 déc. 2012, 15:07
Localisation : Machu Picchu et Cuzco
Genre :
Âge : 47
Statut : Hors ligne

Re: fanfic mco4 :D

Message par yupanqui » 08 févr. 2019, 22:07

Ben toi tu aimes le suspens et prendre ton temps. :tongue:
Et donner tous les détails dans tous les domaines... :-@
« On sera jamais séparés » :Zia: :-@ :Esteban:

Répondre